Armagedon- Vlada Arsić

   Devedesete su drastično promenile svet u kojem je živeo. Njegov Beograd, grad koji je vekovima uspeo da prihvati svakog pridošlicu i da ga prilagodi sopstvenom kulturnom miljeo, preko nići je izgubio bitku. Dok su njegovi prijatelji i poznanici masovno žurili ka novim odredištima, beogradske ulice zaposeli su neki drugi i drugačiji ljudi. Nepoverljivi i zatvoreni, uskogrudi i nacionalno opterećeni, doneli su sa sobom sve ono od čega su bežali. Mnoge kultne kafane zauvek su zatvorene, nestale su diskoteke i popularni klubovi,a zvuke roka, džeza, panka i novog talasa smenila je muzika džamahirija.

    Turbo-folk je tih godina postao preovlađujući način mišljenja i ponašanja. Umesto fer-šorki i mangupskog rešavanja sukoba, gledao je potoke krvi koji su se slivali niz gradski asfalt. Televizija i štampa utrkivali su se u promovisanju najgoreg šljama, vrištećih pevačica i do glave obrijanih likova. Novine su bile pune saga o novim urbanimm legendama, o njihovom novcu i pilećem mozgu, o urnebesno brzom životu i još bržem bizarnom kraju. Na posletku, večina njih bi se medijima odužila u vidu beskrajnih čitulja i izliva saučešća njihovih prijatelja, ali je bilo i onih koji bi zadugo uspevali da izbegnu završni račun i lični nekrolog.

GRAS dobio prva tri od trideset autobusa iz Istanbula

GRAS dobio prva tri od trideset autobusa iz Istanbula

U Sarajevo su stigla prva tri autobusa iz ukupnog kontingenta donacije 30 autobusa Grada Istanbula Kantonu Sarajevo i već se nalaze u depou Javnog komunalnog preduzeća – Gradski saobraćaj Sarajevo (GRAS), piše bh. novinska agencija Patria.

Na ovaj način Istanbulsko preduzeće za javni saobraćaj (IETT) počelo je sa isporukom autobusa, a oslabljen vozni park GRAS-a bit će poboljšan ovom donacijom.…

View On WordPress

UNASAM, Cheickna Demba : «AIMER L’EQUIPE NATIONALE, C’EST AIMER LE MALI»

Le 31 mai dernier, quand il fit son apparition au stade de Gradski VRT d’Osijek (Croatie) vêtu du drapeau national et portant un grand tam-tam, tous les supporters croates se levèrent pour le saluer. Surpris par le standing ovation des Croates, Cheick Demba, puisqu’il s’agit de lui, fit alors le tour du stade en entonnant «Pisansi, Mali pisansi, a magni dè». Ce jour, il était le seul supporter malien et peut-être le seul spectateur noir du stade d’Osijek. A l’issue du match remporté 2-1 par la sélection croate face aux Aigles, Cheickna Demba sera envahi par les supporters locaux qui voulaient chacun prendre une photo avec lui.

 

Comme s’il avait été le héros du match, les caméras suivront le grand supporter des Aigles pendant de longues minutes, entraînant dans leur sillage plusieurs dizaines de supporters. «Je n’oublierai jamais ce que j’ai vécu au stade de Gradski, c’est des meilleurs souvenirs de ma vie, confie Cheickna Demba. J’étais le seul noir parmi les 45.000 spectateurs présents dans le stade. Les Croates n’avaient jamais vu ça, ils étaient très contents de me voir afficher le drapeau du Mali au stade». L’histoire de Cheickna Demba avec les Aigles remonte à 1994. Cette année, le natif du Kaarta avait effectué son premier voyage avec les Aigles-à mes propres frais, précise-t-il-pour la phase finale de la CAN en Tunisie. Depuis, le grand supporter n’a pratiquement raté aucun grand rendez-vous de la sélection. «Au départ, j’étais un supporter du Stade malien et je ne m’intéressais pas beaucoup à l’équipe nationale, indique Cheickna Demba. Mais après la CAN 94 ma passion pour le football est devenue si forte que j’ai décidé de me consacrer désormais aux équipes nationales. Pour moi, l’équipe nationale symbolise le drapeau du pays et à travers elle, n’importe quel Malien peut apporter sa pierre de construction à l’édifice national». En 2004, soit dix ans après sa première phase finale de CAN avec les Aigles, le grand supporter revient une deuxième fois en Tunisie pour la grande messe du football continental. En quarts de finale contre la Guinée, il promet alors au capitaine Mahamadou Diarra «Djila» de peindre sa voiture aux couleurs du drapeau national si les Aigles se qualifient pour la demi-finale. On connaît la suite : au terme d’un match à suspense, la sélection nationale domine 2-1 le Sily de Guinée grâce à un but marqué dans les arrêts de jeu par….Djila. Dès son retour au pays, Cheickna Demba peint sa voiture aux couleurs du drapeau national avec une photo géante des Aigles sur le capot. Sur chaque aile du véhicule on peut également lire ce slogan : «aimer les Aigles, c’es aimer le Mali». Sept ans auparavant (1997), l’actuel vice-président de l’Union nationale des associations des supporters des Aigles du Mali (UNASAM) avait encore fait parler de lui en allant supplier Frédéric Kanouté jusqu’à l’aéroport international Bamako-Sénou pour qu’il accepte d’enfiler le maillot des Aigles. «Kanouté n’a pas du tout apprécié ma démarche, il s’est même énervé. Mais en 2003, quand il a décidé de jouer avec le Mali, il a demandé à me rencontrer dès son arrivée à l’aéroport, raconte Cheickna Demba. Jusqu’à la date d’aujourd’hui, nous sommes des amis. Kanouté, c’est quelqu’un de très attachant». Désigné par l’UNASAM pour piloter la commission d’organisation du match Mali-Malawi, le grand supporter multiplie les contacts et rencontres depuis le début de cette semaine. «Notre ambition est de mobiliser le plus grand nombre de supporters pour le match du samedi, annonce-t-il. Des supporters viendront de toutes les régions du Mali, nous attendons également des délégations de l’extérieur. Nous demandons à toutes les bonnes volontés de nous aider pour assurer la restauration des supporters qui seront entièrement pris en charge par l’UNASAM. Nous avons surtout besoin de vivres, mais pas d’argent liquide. J’invite les entreprises locales à s’inspirer de l’exemple du ministère des Sports qui a mis un bus à notre disposition pour le match des Aiglons au Togo et qui a également donné des perdiems à nos militants», conclura Cheickna Demba.

S. B. TOUNKARA

source : essor

The post UNASAM, Cheickna Demba : «AIMER L’EQUIPE NATIONALE, C’EST AIMER LE MALI» appeared first on maliweb.



from WordPress http://ift.tt/WizV0W
Can 2015 : L’AJSM APPELLE A LA MOBILISATION AUTOUR DES AIGLES

Le 31 mai dernier, quand il fit son apparition au stade de Gradski VRT d’Osijek (Croatie) vêtu du drapeau national et portant un grand tam-tam, tous les supporters croates se levèrent pour le saluer. Surpris par le standing ovation des Croates, Cheick Demba, puisqu’il s’agit de lui, fit alors le tour du stade en entonnant «Pisansi, Mali pisansi, a magni dè».

 

Ce jour, il était le seul supporter malien et peut-être le seul spectateur noir du stade d’Osijek. A l’issue du match remporté 2-1 par la sélection croate face aux Aigles, Cheickna Demba sera envahi par les supporters locaux qui voulaient chacun prendre une photo avec lui.

Comme s’il avait été le héros du match, les caméras suivront le grand supporter des Aigles pendant de longues minutes, entraînant dans leur sillage plusieurs dizaines de supporters. «Je n’oublierai jamais ce que j’ai vécu au stade de Gradski, c’est des meilleurs souvenirs de ma vie, confie Cheickna Demba. J’étais le seul noir parmi les 45.000 spectateurs présents dans le stade.

Les Croates n’avaient jamais vu ça, ils étaient très contents de me voir afficher le drapeau du Mali au stade». L’histoire de Cheickna Demba avec les Aigles remonte à 1994. Cette année, le natif du Kaarta avait effectué son premier voyage avec les Aigles-à mes propres frais, précise-t-il-pour la phase finale de la CAN en Tunisie.

Depuis, le grand supporter n’a pratiquement raté aucun grand rendez-vous de la sélection. «Au départ, j’étais un supporter du Stade malien et je ne m’intéressais pas beaucoup à l’équipe nationale, indique Cheickna Demba. Mais après la CAN 94 ma passion pour le football est devenue si forte que j’ai décidé de me consacrer désormais aux équipes nationales.

Pour moi, l’équipe nationale symbolise le drapeau du pays et à travers elle, n’importe quel Malien peut apporter sa pierre de construction à l’édifice national». En 2004, soit dix ans après sa première phase finale de CAN avec les Aigles, le grand supporter revient une deuxième fois en Tunisie pour la grande messe du football continental.

En quarts de finale contre la Guinée, il promet alors au capitaine Mahamadou Diarra «Djila» de peindre sa voiture aux couleurs du drapeau national si les Aigles se qualifient pour la demi-finale. On connaît la suite : au terme d’un match à suspense, la sélection nationale domine 2-1 le Sily de Guinée grâce à un but marqué dans les arrêts de jeu par….

Djila. Dès son retour au pays, Cheickna Demba peint sa voiture aux couleurs du drapeau national avec une photo géante des Aigles sur le capot. Sur chaque aile du véhicule on peut également lire ce slogan : «aimer les Aigles, c’es aimer le Mali».

Sept ans auparavant (1997), l’actuel vice-président de l’Union nationale des associations des supporters des Aigles du Mali (UNASAM) avait encore fait parler de lui en allant supplier Frédéric Kanouté jusqu’à l’aéroport international Bamako-Sénou pour qu’il accepte d’enfiler le maillot des Aigles.

«Kanouté n’a pas du tout apprécié ma démarche, il s’est même énervé. Mais en 2003, quand il a décidé de jouer avec le Mali, il a demandé à me rencontrer dès son arrivée à l’aéroport, raconte Cheickna Demba. Jusqu’à la date d’aujourd’hui, nous sommes des amis. Kanouté, c’est quelqu’un de très attachant».

Désigné par l’UNASAM pour piloter la commission d’organisation du match Mali-Malawi, le grand supporter multiplie les contacts et rencontres depuis le début de cette semaine. «Notre ambition est de mobiliser le plus grand nombre de supporters pour le match du samedi, annonce-t-il.

Des supporters viendront de toutes les régions du Mali, nous attendons également des délégations de l’extérieur. Nous demandons à toutes les bonnes volontés de nous aider pour assurer la restauration des supporters qui seront entièrement pris en charge par l’UNASAM.

Nous avons surtout besoin de vivres, mais pas d’argent liquide. J’invite les entreprises locales à s’inspirer de l’exemple du ministère des Sports qui a mis un bus à notre disposition pour le match des Aiglons au Togo et qui a également donné des perdiems à nos militants», conclura Cheickna Demba. S. B. TOUNKARA

———-

Dans le cadre du match Mali-Malawi l’Association des journalistes sportifs du Mali (AJSM) a organisé une journée de mobilisation autour des Aigles du Mali. La rencontre s’est déroulée hier à la Piscine olympique du stade Modibo Keïta en présence du ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo et du président de l’AJSM, Oumar Baba Traoré.

On notait également la présence du président de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT), Boubacar Baba Diarra, du président de l’Union des anciens footballeurs du Mali (UNAFOM), Mamadou Dipa Fané, du doyen de la presse sportive du Mali, Mamadou Diarra et du représentant d’Orange Mali, Salifou Telly.

Dans son allocution d’ouverture, le président de l’AJSM, Oumar Baba Traoré indiquera que l’organisation de cette journée a pour but de sensibiliser et mobiliser nos concitoyens pour le match de demain contre le Malawi. «Conscients de notre rôle de vulgarisateur de l’information sportive, nous nous sommes sentis interpellés pour sonner la mobilisation générale en regroupant la crème du football malien autour des Aigles», dira Oumar Baba Traoré.

«Médaillés de bronze aux deux dernières CAN, les Aigles méritent le sacre à la CAN Maroc 2015. Pour espérer voir la sélection nationale réaliser ce rêve, une synergie d’action s’impose à tous les acteurs sans exclusion», ajoutera Oumar Baba Traoré en appelant la presse sportive à faire preuve de professionnel dans la couverture du match.

Pour le président de la FEMAFOOT, Boubacar Baba Diarra l’AJSM envoie un signal fort à l’équipe nationale et aux supporters à travers cette initiative. «La journée de mobilisation, dira-t-il, est une initiative qui mérite d’être encouragée et soutenue. Je félicite l’AJSM pour l’organisation de cette journée et je voudrai profiter de cette belle initiative pour demander aux supporters de venir massivement au stade du 26 Mars pour soutenir l’équipe nationale. Les Aigles arboreront un maillot blanc et nous invitons le public à s’habiller aux couleurs de la sélection», ajoutera Boubacar Baba Diarra.

A l’instar du premier responsable de la FEMAFOOT, le doyen de la presse sportive, notre collaborateur Mad Diarra a également rendu un vibrant hommage à l’AJSM mais aussi aux jeunes reporters sportifs. « Ce que les jeunes ont fait ne m’étonnent pas, puisque depuis que nous avons cédé les affaires à cette jeune génération, elle fait beaucoup pour faire avancer les choses», soulignera Mad Diarra, avant de prodiguer des conseils à la jeune génération.

Quant au président de l’UNAFOM, Mamadou Dipa Fané il a invité le président de la FEMAFOOT au rassemblement qui est l’unique solution pour le développement du football dans notre pays. «Le football est rassembleur, ceux qui ont gagné la coupe d’Afrique et la coupe du monde se sont rassemblés autour du football, c’est le dénominateur commun», rappellera-t-il.

B. THIERO

Source: l’Essor

The post Can 2015 : L’AJSM APPELLE A LA MOBILISATION AUTOUR DES AIGLES appeared first on maliweb.



from WordPress http://ift.tt/Yg586Y
Text
Photo
Quote
Link
Chat
Audio
Video