Watch on lemoratoirenoir.tumblr.com

JO LEMAIRE & FLOUZE  : je suis venue te dire que je m’en vais (1981)

la fin du moins commence le 11

De temps en temps le pauvre précaire doit payer des factures , comme EDF ou l’assurance obligatoire de son logement. A ne pas oublier, ne pas zapper en cas d’accident ou incident ça vous coutera 1000 fois plus cher. Du coup son compte en banque se vide plus que prévu.

Donc là c’est la fin du mois, il me restait 30,02 euros sur le compte en banque. Retirés illico presto et direction les courses pour.. acheter des surgelés : des légumes en tout genre. Par ce que le précaire à un ami utile : son congélateur. Habitude à prends; le remplir en permanence, un flux tendu en permanence mais à l’envers.

Par ce que ça coute moins cher, et que c’est une source de vitamines indispensables et le gage d’une alimentation équilibrée. Faut fuir comme la peste les trucs tout cuits , comme les préparations à la [nom de région]  qui sont grasses et sucrées en plus d’être salées. Un vrai cauchemar diétiétique en plus d’avoir un prix au kilo parfois élevé.

Prévoir aussi du café en quantité (du café moulu ou en grain si vous avez encore un bouzin à moudre): ça coute moins cher que ces saloperies de trucs en dosette qui coutent bien trop cher à l’usage.

Après bien sûr, il ne restera rien pour acheter quoique ce soit : donc eau plate, par ce que meme le jus d’orange à 1€ le litre chez ED, ça revient encore trop cher.

La cravate bijoux, LA touche chic à sa tenue

Flouzen est une ligne d’accessoires unisexe, de cravates, noeuds papillons et lavalières, en cachemire et signée Julie Rousselet. Ce modèle de cravate bijoux FLOUZEN x DUNA (139€ au bon marché) est né d’une envie commune des deux créatrices de croiser l’univers du bijoux et celui du cachemire.

http://www.boutique-flouzen.com/

Watch on chachacharocknroll.tumblr.com

Jo Lemaire + Flouze - Je suis venue te dire que je m’en vais (1981)

C’est l’heure du thé, on reviendra plus tard.

L'économie, l'argent et le pognon en Bosnie

  La volonté de dépasser les oppositions de la guerre s’explique surtout par l’économie et l’organisation politique catastrophiques du pays : en décroissance (-1%) en 2012 et une absence inquiétante d’industries. La guerre a par exemple entraîné la fermeture d’une usine de textile à Ljubinje, où nous avons passé un après-midi, et a ralenti l’exploitation minière à Prijedor alors que la ville vit de cette activité. L’industrie n’a pas repris son activité d’avant-guerre d’abord parce que les investisseurs craignent un nouveau conflit, ensuite parce que la politique du pays empêche toute prise de décision efficace.

image

Une vue banale en Bosnie : des immeubles obsolètes, non entretenus, et souvent troués par la guerre.

Tamara, serveuse à Prijedor, touche par exemple l’équivalent de 150 euros par mois . Un ouvrier doit à peine gagner plus, et, pour donner un équivalent, Marko, ingénieur en Croatie et non en Serbie (donc dans un pays beaucoup plus riche) ne gagne que 900€ par mois… Beaucoup de monde nous dit qu’ici, pour bien gagner sa vie, il faut généralement avoir deux métiers à la fois, et on voit régulièrement des gens qui seraient en France à la retraite depuis longtemps faire des « petits boulots » : laver les pares-brises, vendre des glaces ou des gadgets pour les gamins sur la place publique…

Mais faire de la Bosnie un pays de misère serait exagéré. On a surtout été étonnés par la quantité de maisons en construction dans le pays. A Hambarine, village Musulman où l’on a passé une nuit et qui a été presque complètement détruit pendant la guerre, toutes les maisons sont en cours de construction. Mohamed, chez qui on a passé une nuit, a une maison avec à peu près 4 chambres, 3 salles de bain, 2 salons, une cuisine et une cuisine d’été…avec vue sur Prijedor. Il construit cette maison immense avec les sous que sa famille, réfugiée en Allemagne pendant la guerre, lui envoie régulièrement : beaucoup de travaux se font ici au noir et les sommes gagnées en Allemagne apparaissent comme des fortunes lorsqu’on les dépense en Bosnie. Ses voisins sont exactement dans le même cas : revenus il y a quelques années des USA, d’Allemagne, de Suède, ils font une maison familiale -la plus grande possible- dans leur village natal, où leurs arrières-grands-parents vivaient déjà.

image

La maison de Mohamed, encore en travaux. Ici, on aime le marbre et ce qui brille, et on voit grand pour les maisons, quitte à s’installer dans la maison avant qu’elle soit complètement finie !

Certaines personnes de la diaspora Bosniaque ont même fait fortune à l’étranger, et le font savoir. Le goût Bosniaque est parfois assez « kitsch » et parfois franchement tape-à-l’oeil : un entrepreneur qui a fait fortune à Londres, où il possède trois magasins, nous a par exemple permis de prendre en photo ses deux maisons « chinoises », avec un pont qui permet de traverser la rue ! On a également pu voir des maisons hallucinantes de quatre étages, avec des colonnes style « antique » qui dominaient la ville de Trebinje. Difficile de savoir si beaucoup ont dû faire crédit aux banques pour se permettre ce genre de folies. Beaucoup se sont aussi certainement appuyés sur le travail au noir pour se permettre de construire des maisons pareilles, puisque les inspections de l’Etat sur les chantiers ont l’air assez rares ici.

image

Un bel exemple de l’audace Bosniaque et du tape-à-l’oeil pour les réfugiés qui ont réussi ailleurs. C’est assez surprenant de voir un musulman revenu de Londres se faire une maison “asiatique” en Bosnie… on va dire que c’est la mondialisation !

Sans faire de généralisations abusives, beaucoup de nos rencontres laissent penser que, si beaucoup de Bosniaques ont peu d’argent, ceux qui en ont l’utilisent souvent sans compter (ce qui nous permet au passage de manger et boire gratuitement au restaurant assez régulièrement !). Beaucoup, par exemple, ont des maisons qui ont des airs de villas de luxe mais des voitures qui ont disparu des routes françaises depuis au moins quinze ans…

Emir Kusturica est peut être le roi de l’abus de fric, à un niveau qui finit par ne plus être très drôle, puisqu’il a décidé - avec le soutien des politiciens de la Bosnie, qui ont l’air de ne pas savoir où dépenser leur argent- de construire une ville entière pour les besoins de son prochain film. Les Bosniaques ont peu de moyens, mais ils voient très grand !

http://fr.wikipedia.org/wiki/K%C3%BCstendorf

Mon budget mensuel

Et oui, les pauvres ça doit compter ses sous.

Revenus ASS : 476,47 €

Dons de lecteurs du blog 40+55 = 95 €, petit job 50€.

total de : 621,47

Ainsi ce mois-ci j’ai encore fini avec un excédent de comptes de 1,56€ .

La banque m’a pris 6,73€ pour mon compte “optimum" (LOL) et -7,26 € de "commission d’intervention" par ce que mon compte à été momentanément a découvert de 15€ . Et que je suis interdit de découvert (déficit) et de crédit bien sûr.

Je finance donc les banques de dépot , ce mois-ci 13,99€ à ma chère banque. Certains mois pouvaient être plus généreux, quand la même banque me sucrait 20€ de frais pour des prélèvements en echec. Par exemple l’abonnnement ADSL de 39€, finissait par me couter 59€ au final + 3 ou 4 euros de frais pour paiement en retard chez Freebox.

Terrible non ? plus t’es pauvre plus tu payes.

Mon epargne oscille entre 10,5 € et 25 € sur un LDD : je finance les PME!

Reste donc à payer : le loyer ( 60e une fois l’APL tombée), la bouffe de plus en plus cher, les fringues à changer, les frais pour la micro entreprise ( serveur chez OVH), l’ADSL, le GSM….. et le service des dettes : stables : EDF , vieux loyer qui répresentent 1,6 mois de PIB, ou encore 1,6/12 = 0,13 PIB annuel.. En effet en jouant avec les courriers, les aides de la mairie on peut stabiliser ces dettes, les réduire et faire durer le plaisir.

Je suis donc endette a 13% de mon pib annuel.

Une agence de notation me noterai AAA vous ne pensez pas ?

 

Watch on songbom.tumblr.com
Watch on femmeandroide.tumblr.com

Jo Lemaire + Flouze - Je Suis Venue Te Dire Que Je M’en Vais - Synthpop French 80’s 

Mon amour de la journée.

Watch on bruitssains.tumblr.com

Jo Lemaire + Flouze - Je Suis Venir (I Came To Tell You I’m Leaving)

A cover of Serge Gainsbourg that’s so sad you just can’t stop listening; kind of like “Runaway” by Del Shannon. 

Watch on hernelille.tumblr.com

Dragon Ball. Un mythe, une légende et pour certains une religion dont Goku est le prophète incontesté. A cela s’ajoute une communauté de fan, des goodies, des jeux vidéo, des films, des adaptations plus ou moins fidèle a l’esprit de l’œuvre. On secoue cela et on obtient plusieurs vecteurs de réputation qui confère a l’œuvre originale et son auteur une immortalité culturelle. Une immortalité qui rapporte, quand on regarde le nombre de déclinaisons de produits dérivés existant assurant a Toriyama une retraite pépère et l’assurance d’une vie faste pour sa descendance.

Certains fidèles tirent quand même leur épingle du jeu en offrant a la communauté des raisons de garder la foi : Je pense à l’équipe de Dragon Ball Multiverse sur lequel je reviendrai et le trop injustement méconnu Dragon Ball Absalon.


Mais une volonté de perpétuer un culte par le seul désir de se faire du flouze entraine parfois la naissance de rebut désavoué par la communauté. On pense (non sans douleur) à certaines franchises comme Dragon Ball Burst Limit, ou le jeu de carte de carte a jouer et a collectionner, voire même DBGT *crache au sol*

Pour la petite histoire, Dragon Ball Absalon prend place une dizaine d’année après les évènements de DBGT. Goku n’est plus la, Végéta est en voyage de perfectionnement, Gohan Mystique, Trunk, Goten, et Majuub sont devenu les défenseurs de la planète. Pan a donné deux enfants a Maajub, etc… Beaucoup de changement qui tombent a point nommé face a une intrigue digne de Toriyama lui même.

La paire saiyanne la plus puissante de la terre.

Une faction de guerrier de l’espace envoie une race extraterrestre, les Absaloniens, sur terre avec l’objectif de recruter, de gré ou de force, les représentants de la race saiyenne résident sur le sol terrien.
Ceux ci arrivé en éclaireur, évalue la menace puis ouvrent un portail pour permettre aux guerriers de l’espace de débarquer a leur tour.

Évidemment, les gardiens de la galaxie de l’école de la tortue sont bien décidé a en découdre avec l’envahisseur.

L’armée des 12 singes, revisités

Le premier truc qui choque, c’est le chara. Mais ca ne dire que quelque secondes. et pour cause : La bande son prend très vite, les doublages sont réussi et faut l’avouer, le scénario est 1000 fois plus crédible que Dragon Ball Grande Tromperie (GT pour les intimes… honte a eux). En deux épisodes, on se prend a pardonner le chara et on se laisse entrainer dans la danse, le déluge de puissance et le fan service baston qui nous avait tant manqué.

Pour se faire une idée concrète, un petit tour sur les épisodes disponibles ensuite, vos avis en commentaires

Episode 1 :

Episode 2 :http://www.youtube.com/watch?v=HkKs_vv_ZYU

Bon visionnage. :)

#gallery-0-3 { margin: auto; } #gallery-0-3 .gallery-item { float: left; margin-top: 10px; text-align: center; width: 33%; } #gallery-0-3 img { border: 2px solid #cfcfcf; } #gallery-0-3 .gallery-caption { margin-left: 0; } /* see gallery_shortcode() in wp-includes/media.php */



Absalon, l’oeuvre d’un fan Absolu Dragon Ball. Un mythe, une légende et pour certains une religion dont Goku est le prophète incontesté.
Text
Photo
Quote
Link
Chat
Audio
Video