went out to ramen for dinner tonight and they have this

all I could think of was if the Tsubasa family landed in a world and got ramen and Fai saw this and proceeded to call Kurogane “Kuro-ramen” and “Kuro-noodle” for the rest of the day

Papa’s got brand new shoes @saxonsantwerp. If you’re ever in Antwerp, pay this store a visit. You will never regret it. #menswear #style #santoni #purplesocks #jacobcohen #jeans #raffaelecaruso #jacket #fay #sweater #shoes #winter #ready #suede #handmade #chukka #saxonsantwerp #antwerp #belgium #bestofthebest #mensfashion #cuffed

finnfuckinnelson said:

[STILES]: "You’re a problem." | "You’re being ridiculous." | "You did this." | "Do you even hear what you’re saying?"

"You're a problem." (stiles)

Spencer s’autorise un petit rire alors que son corps entier souffre. Elle est vraiment tendue. Est-ce que Stiles le sent quand elle lui répond? “Pour tout mes partenaires de danse? Oui, je sais." Ce n’est pas vraiment de la danse, plus un sport d’acrobatie, la difficulté vient du fait que c’est en s’élevant grâce à des tissus. Mais Stiles ne remarque rien, il passe un bras par-dessus ses épaules et laisse un baiser protecteur sur le sommet de son crâne. "Tu m’as scotché à mon siège, sérieux ! Je savais pas que tu pouvais faire ça…" Il continue à parler mais elle ne l’entend plus, elle sent toujours l’effet de son baiser sur sa peau, sur ses cheveux. Mais elle a arrêté de l’écouter, ses oreilles bourdonnent. C’est à ce moment-là qu’elle craque en s’écartant. "Ok, j’en peux plus." "Euh… ok. Je peux arrêter de parler et.." Elle le coupe d’un geste de main. "J’ai pas été accepté à Harvard, Stiles. J’ai été accepté partout mais pas à Harvard." La nouvelle restait imprimé dans son cerveau et derrière ses paupières depuis qu’elle avait reçu la lettre hier matin. Trop affligée, elle n’avait pas réussi à en parler à quiconque. La grande Spencer, refusée dans une université visiblement trop bien pour elle. C’était trop dur. Autant pour sa fierté que pour.. elle. Stiles semble bouche bée, les bras soudainement ballants comme si ils étaient vidés d’énergie. "Quoi ? Toi, tu n’as pas été accepté ? Ils ont des élèves au moins dans cette école parce que si toi tu n’as pas été accepté, personne ne le peut." Mais au fond, il sait exactement ce qui n’a pas dû plaire dans son dossier à ces personnes. Spencer prend son visage dans ses mains en poussant un long cri alors qu’elle se plie en deux; ça aide. Quand elle se redresse, sa voix est plus confiante mais ses propres pensées lui font mal. "Je vais faire mes preuves, quitte à rester une année dans l’université de plouc de Lima, je vais faire mes preuves et quand je postulerais une nouvelle fois, ils m’accepteront." Elle est prête à persévérer. Même si elle a postulé dans pleins d’autres universités et qu’ils l’ont tous acceptés, elle comprend que c’est Harvard qu’elle veut, elle veut être formés par les meilleurs. "C’est mon université." décrète-t-elle à un Stiles qui essaie toujours de comprendre ce qui se passe.

image

"You’re being ridiculous." (stiles)

Pour parcourir le dossier scolaire de mon petit-ami? Je dirais plutôt que je suis prévenante. Si il refuse de me donner des réponses, il faut que je me charge de les trouver moi-même. Alors maintenant tu gardes tes commentaires pour toi et tu surveilles la porte. Merci.

image

"You did this." (stiles)

Pour la dixième fois depuis qu’elle s’est réveillée, elle regarde le carnage qu’il y a à côté d’elle dans la forêt. Un carnage qu’elle a fait. C’est elle. D’une voix tremblante, elle souffle un “oui" qui ressemble plus à un cri qui vient de trop loin pour être fort mais qui déchire ses cordes vocales. "C’est moi. C’est moi qui ait fait ça." Ce n’est pas tellement qu’elle ne l’avait pas réalisé les 9 précédentes fois où elle avait regardé mais elle l’assimile plus à voix haute sûrement. Devant son frère. "Mon Dieu, Stiles." Elle a une main plaqué contre sa gorge, le sang foncé laissant sa trace sur le peu de peau qui lui restait vierge. Des bras forts et rassurants se refermèrent sur elle, la maintenant pour qu’elle ne tombe pas, la maintenant ici. Des bras qui lui rappelaient la maison, la familiarité, l’amour. Elle essaie de se concentrer sur ça. Pas sur la fille démembrée, pas sur le sang qui la salit un peu partout. Non, non, non. Elle pleure à chaudes larmes sur l’épaule stable de son frère. Son estomac se soulève à ses soubresauts soudain. Mais sans plus. Une main se promène dans ses cheveux quand Stiles écarte son visage, deux de ses doigts tentant d’enlever le liquide rouge qui entourait sa bouche. “Je vais m’occuper de tout, d’accord, Spencer? Je vais… m’occuper du corps, d’enlever les preuves. Et de toi. Je vais m’occuper de toi surtout." Si elle n’était pas aussi aveuglée par sa propre dévastation, elle verrait que ce n’est pas juste d’infliger ça à son frère. Ce n’est pas juste. "Mais il va falloir que tu me montres de ton courage et que tu cours jusqu’à la maison toute seule, d’accord? Cours sans poser de questions et ne regarde pas en arrière, d’accord?" Ses yeux semblent le trouver maintenant. "Mais Stiles, tu…" "Shhh" susurre-t-il en posant un doigt sur ses lèvres, se forçant un sourire brave et rassurant. "Je n’ai pas besoin de fin tragique. J’ai juste besoin d’une fin." Elle tremble toute entière, posant brièvement son regard une dernière fois sur le cadavre et un autre en direction du bruit qui fait rage et qui s’approche d’eux. "Stiles… viens avec moi. Pourquoi tu ne veux pas venir avec moi? Viens avec moi." Ses doigts restent attachés aux siens alors qu’elle tente de l’entraîner avec elle mais il reste campé sur ses deux pieds. "Tu sais pourquoi, Spencer." Elle le refuse tout net d’un geste de tête. "Cours. Cours !" Et c’est bête mais son instinct de survie lui dit de le faire, Stiles aussi le lui dit, son cerveau également, alors elle court. Elle court sans un regard pour ce qu’elle laisse derrière. 

image

"Do you even hear what you’re saying?" (stiles)

Elle ne prend pas la peine de lui répondre, les bras croisés, le toisant comme si c’était le dernier des imbéciles. Il déteste quand elle fait ça, putain. “Je sais pas comment on va se débrouiller Spence mais on va leur donner ce qu’ils veulent, ils ne te touch-…" "Non, Stiles." Décidément, elle lui ressert la même réponse négative d’il y a quelques instants et il ferme les poings, tapant sur la table. Aucun sursaut, ni mouvement de recul. Elle s’approche et il peut voir la détermination qui brille dans ses yeux. Est-ce qu’il y a vraiment quelque chose qu’il puisse dire quand elle est comme ça? Il soupire. "Sers-toi de l’histoire, Stiles." Elle voit son froncement de sourcils et décide d’élaborer; il ne suit pas son fil de pensées, évidemment. Se détournant, elle entame son petit cours. "Chamberlain a mené une politique qui consistait à faire certaines concessions dans le but d’éviter la guerre. Mais cette tentative d’apaisement n’a pas marché. Lorsque le territoire a été annexé, les attaques d’Hitler n’ont cessés de croître !" Elle se retourne vers lui pour recevoir un air confus de sa part. "Et c’est en rapport avec la conversation parce que…?" La louve parait légèrement frustrée qu’il ne comprenne pas. "L’apaisement a été un échec, Stiles !" Il hoche de la tête et elle peut déjà entendre le sarcasme qui va enrober ses mots. "Oui, c’est tout de suite plus clair, merci." Un râle passe les lèvres de Spencer et elle agite les mains pour exprimer sa frustration. Il la singe bêtement juste pour l’agacer. Les mains sur les hanches, elle prend une profonde inspiration. "Je sais exactement pourquoi ça a été un échec." "Le contraire m’aurait étonné." Ca, elle décide volontairement de l’ignorer. "C’est parce que céder aux exigences d’un tyran ne fonctionne jamais. Même si tu leur donne ce qu’ils demandent, ça ne sera jamais suffisant ! La seule solution c’est de les combattre même si on est obligés d’en payer le prix." Cette fois, son frère laisse tomber le sarcasme et respire plus bruyamment; inquiet. C’est bizarre mais il paraît plus jeune d’un coup. Elle a tendance à le vieillir à cause de son rôle d’Alpha et de tout ce qu’elle attend de sa part mais dans des moments comme ça, elle se rappelle qu’il n’a que 18 ans. Elle secoue la tête. "Je veux les voir morts, Stiles. Tous. On ne va rien leur donner parce que ça ne leur suffira pas, non, c’est eux qui supplieront pour qu’on les épargne." Stiles paraît abattu d’entendre sa sœur dit ça, c’est un vain et impuissant: "Parfois, tu es effrayante." qui filtre ses lèvres. Mais elle a le visage fermé, ses traits sont durs. Alors il essaie de la raisonne autrement, de trouver peut-être une autre alternative. Il ne veut plus tuer, lui. "Et Jackson, tu ne crois pas qu’il pourrait…" "Laisse-le en dehors de ça, ça ne le concerne pas." Stiles veut sûrement protester mais rien ne sort au final et c’est très bien au goût de Spencer. 

image

6

Hyrule Warriors

Text
Photo
Quote
Link
Chat
Audio
Video