emploi

En l’espace de 17 années d’existence et de services, Ad’Missions a su faire preuve d’une grande maîtrise pour assister ses salariés portés. Cette entreprise est l’une des principales structures françaises spécialisées dans le portage salarial. Son expertise en ingénierie salarial a servi et continu de servir les salariés, intervenants et entreprises qui sollicitent son assistance. 

Le métier de conductrice de trains

Fabienne, 25 ans, conductrice de train, nous raconte son métier. Sur 16 000 conducteurs de train, 125 sont des femmes. Fabienne conduit tous types de train : voyageurs, marchandises, que ce soit des locomotives diesels ou électriques. Elle apprend son emploi du temps la veille pour le

Lisez la suite : http://blog.notre-temps.net/emploi-du-temps/le-metier-de-conductrice-de-trains/

Linked-in aux prises avec les réseaux - New York Times

Linked-in, le réseau social du recrutement propose a ses abonnées premium le service Reference Search, un service qui permet au recruteur de générer une liste de personne qui ont travaillé dans la même société au même moment qu’un candidat qu’ils s’apprêtent à recruter et leur permettant de discuter par messagerie avec ces personnes, sans que le candidat soit au courant. Un procédé qui n’est pas du goût de candidats qui se sont vu ainsi refuser des postes, sans possibilité de s’opposer à la véracité des informations ainsi recueillies et qui poursuivent le réseau en justice. En facilitant la mise en réseau des candidats, Linked-in permet d’accéder bien plus facilement à leurs réseaux… Le problème est que ces “références de confiance” générées par le site ne le sont pas tant que cela… Un avocat en fait la démonstration à la journaliste du New York Times qui relate l’affaire, en faisant une recherche de référence sur son nom. Dans la liste de 43 personnes qui a travaillé en même temps dans le même journal qu’elle, elle n’en connaissait réellement que 4 et aucun n’avait réellement travaillé avec elle ! Linked-in peut-elle décider pour les gens ceux qui sont censé les avoir connus ? Une belle illustration des limites du potentiel des mises en relations automatiques ! 

Une étude de la chambre Régionale de Commerce et d’Industrie publiée ce jour par la Voix du Nord révèle la nécessité de tout faire pour avoir des grosses PME et ETI (Entreprise de Taille Intermédiaire) sur notre territoire. Les 500 premiers employeurs occupent 37 % des salariés privés de la région.

"C’est considérable, les 500 premiers employeurs privés du Nord Pas-de-Calais occupent 37 % des salariés avec 370 000 emplois alors qu’ils ne représentent que 0,5 % des entreprises recensées en région"

Comment se motiver, 5 conseils pour atteindre vos objectifs, par un coach en communication.

Comment se motiver, atteignez vos objectifs, voici cinq conseils pour vous aider !


Comment se motiver et rester dans vos objectifs ?
Faites attention à ce que vous vous mettez dans la tête. Si vous voulez maigrir faites attention à ce que vous mettez dans votre ventre et si vous voulez

Lisez la suite : http://blog.notre-temps.net/organisation-generale/comment-se-motiver-5-conseils-pour-atteindre-vos-objectifs-par-un-coach-en-communication/

L'oasis du contrevent

image

Et si je parlais de l’oasis, puisque le blog s’appelle, “en attendant…”. L’oasis est notre rêve, à moi et d’autres, notre petit jardin d’eden, notre terre promise, l’endroit où on se sentira bien de vivre.

C’est évidemment une référence aux oasis en tous lieux de Pierre Rabhi. Un endroit qui sera en dehors de toute logique “conventionnelle” au sens de celle dans laquelle on a baigné depuis toujours. Un espace coloré et fleuri, loin du béton, loin des logiques du profit, où les rapports humains ont de nouveau un sens, où l’on s’enrichira les uns les autres, où l’on pourra enfin vivre de manière responsable, consciente, raisonnée. Totalement, une fois toutes les barrières rompues, les chaînes brisées, un endroit où on sera libres et où l’on n’aura plus honte d’être humain.

J’ai pensé appeler cet endroit l’oasis du contrevent, même si c’est à confirmer puisque je ne serai pas le seul, loin de là, à l’habiter. C’est une référence à la Horde du Contrevent, roman d’Alain Damasio. Dans cette histoire, une bande soudée brave la mort et les souffrances pour atteindre un objectif qui paraît complètement irréaliste.

Kévin pense pouvoir créer sa propre pâtisserie, ce qui serait formidable. De mon côté, je suis dans l’incapacité de m’imaginer dans un emploi vu le “marché” actuel en Ariège et mon profil. J’aimerais faire partie à temps partiel des services techniques d’une ville mais ça paraît très difficile vu la destruction du service public que l’on subit .

Je pense donc de plus en plus à me consacrer totalement à l’oasis, en créant un vaste jardin de permaculture qui nous permettrait l’autonomie alimentaire pour commencer, puis de faire des échanges marchands ou non dans la localité que l’on adoptera.

En attendant de pouvoir en vivre, ou que ma compagne trouve l’emploi de ses rêves dans la préservation du petit patrimoine (bâti ancien), nous devrons nous contenter d’aides sociales pour survivre.

J’ai très longtemps ressenti la pression sociale pesant sur moi, rendant ma vie parfois assez difficile, mais c’est du passé. Toute société peut et devrait fournir à ses membres l’assurance de pouvoir survivre, se loger, avoir accès l’eau potable et bien manger, c’est un droit que je qualifierais de basique.

L’emploi étant clairement mourant, cela devient primordial pour la collectivité d’assurer ce droit et de permettre ainsi aux citoyens d’aller au devant de leurs projets personnels, de devenir leur propre patron et de tisser un nouveau tissu social, de relocaliser la production d’aliments, l’industrie et de permettre à l’artisanat d’exister sans l’épée de Damoclès de la compétitivité au dessus de la tête. Mais on a préféré infliger une austérité meurtrière, sans le moindre effet positif, soit disant pour éponger une dette qui n’est aucunement de notre responsabilité, mais issue d’une soumission à l’économie néo-libérale. Nous mourrons à petit feu des erreurs pathétiques de notre Union Européenne, tandis que toutes les solutions sont à portée. Le but caché mais évident de ces politiques d’austérité, c’est surtout de rendre la survie difficile en précarisant le travail, nous transformant en main d’œuvre docile et bon marché.

Quand j’entends ce que disent nos journaux nationaux et nos élus, puis nos pairs citoyens, je serais un parasite de ne pas m’offrir corps et âme à une entreprise malsaine (sans éthique) pour une bouchée de pain. En clair, de devenir un esclave, de sacrifier ma santé pour enrichir mes supérieurs hiérarchiques. Puisque je résiste à cela, on devrait me couper les vivres pour m’y forcer. Mais allez y, allez y. Si je ne peux plus rien acheter, vous détruirez un peu plus de travail, car les aliments que j’achète, l’énergie, le loyer et les biens que je paie, ils font vivre d’autres gens.

Je m’attache à abandonner le marché mondialisé pour n’acheter qu’à des producteurs locaux, tandis que vos riches cadres travailleurs que l’on fait bosser 60h par semaine dans des activités sans aucune valeur ajoutée pour le bien commun autres que les impôts que ces entreprises rechignent à payer, achètent des i-phone et autres merdes inutiles fabriquées à l’étranger sur la base de l’esclavage, parfois le travail des enfants, ultra polluantes. Toutes ces entreprises qui délocalisent, tous ces gens qui achètent des produits fabriquées à grande échelle par des multinationales, détruisent les emplois ici, tandis que les autres sont robotisés. Je consomme peu, pas tout juste le nécessaire, mais j’essaie d’éviter les achats inutiles, de me consacrer à l’essentiel. Quand on travaille trop, dépenser devient un besoin pour supporter la réalité de sa vie.

Je créerai une forêt comestible si j’y arrive, et il n’y a aucune raison que je n’y arrive pas, hormis les barrières financières. Je ferai pousser des aliments partout, et ceux sans le sou pourront venir se servir, apprendre à faire de même pour devenir à leur tour autonomes. Je me contrefous de devenir riche. Et je n’ai rien contre les riches, mais je ne supporte plus la fierté qu’ils ont de l’être tandis que bien souvent, c’est en marchant sur les autres qu’ils le sont devenus. Avoir des projets d’entreprise est une bonne chose, mais privilégier son petit confort superficiel par rapport au bien commun est irresponsable et meurtrier. Certaines entreprises devraient et seront jugées pour crime contre l’humanité. Nous vivons dans une société d’irresponsables, jusqu’à très haut niveau. Nos gouvernements, censés nous représenter, sont hautement irresponsables et déversent leur maléfique exemple sur la population.

Notre oasis sera un endroit d’une grande richesse, pas monétaire, mais humaine et vitale. On y respectera la vie, on se respectera les uns les autres. Les espèces qui s’y côtoieront seront nombreuses, animales, végétales, il y aura le chant des oiseaux, la vue des montagnes, et nous cultiverons nos savoirs faire et les échangerons comme nous le faisons déjà, sans exploiter. On y fera le pain, la bière, de la cuisine colorée, on y dégustera du bon café, on bâtira en terre et en paille. Il y fera bon vivre, bien mieux que dans n’importe quel appartement et sa télé high-tech, ou dans les bars branchés où l’on s’affiche. Ce ne sera pas l’âge de pierre, loin de là pourtant. Dites-moi comment vos tablettes et bagnoles rutilantes rendent votre vie meilleure.

Un film canadien sur la vie “hors réseau” : http://lifeoffgrid.ca/

Les Françaises devraient être plus payées que les hommes et le sont moins

See on Scoop.it - Politique, social, antiracisme…

Malgré la réduction importante des inégalités entre les sexes depuis les années 1970, celles-ci perdurent. Aujourd’hui, les femmes sont plus diplômées que les hommes mais gagnent toujours moins, selon une étude publiée par l’Ined ce mercredi.

MLB's insight:

""L’école, lieu de production d’inégalités de genre"

L’école serait le premier terreau des inégalités de genre, selon les démographes de l’Ined Christelle Hamel et Wilfried Rault. Comme si les discriminations s’enracinaient dès le plus jeune âge, elles « perdurent en raison de l’orientation scolaire qui conduit la majorité des jeunes filles à se diriger vers des filières moins rentables sur le marché du travail. » Alors que les garçons sont moins studieux en classe que leurs camarades féminines, ils investissent des filières porteuses et rémunératrices. “


See on madame.lefigaro.fr

youtube

Lundi 08 décembre de 14h à 17H30 à Ociné, Echange et Partage et le Centre Entrepreneuriat du Littoral organisent la 4ème édition de Visions d’ Entrepreneurs à Ociné à Dunkerque. 8 entrepreneurs, 8 visions, 8 témoignages pour changer la vision des étudiants sur l’entrepreneuriat. 

Jean claude Gayssot, ancien ministre et vice président de la région Languedoc Roussillon, Kofi Sitza (Dakar) Directeur de creation, Entrepreneur industrie creative, Rémi Vandenberghe et Audrey Leprêtre (Dunkerque) de We are crossfit, et Guillaume Dechambenoit (Orléans) fondateur de la compagnie AEDE… et d’autres invités dont on garde le secret. 

Rien ne se perd, rien ne se gagne, tout s’entreprend… Visions d’entrepreneurs 4.