WE SIGNED DIAKITE

WHEN I GET HOME TO MY COMPUTER I WILL START THE GIF SPAM OF HAPPINESS

HOLY FUCKING MOTHER OF GOD

WE SIGNED DIAKITE AKJDHFLKFASSDKHAJHFASKLDHFK

HQDFHASKLJFHLSKAJDFKAJSDHKLJASDFAKSFASDHASDFKJLDDL

SDSFUZDHEDFSDFGKFDASASDFASDFHSAFAASDFHASDFKD



By Saliou Samb CONAKRY (Reuters) - Guinea has declared a public health emergency over an Ebola epidemic that has killed more than 1,000 people in three West African states and is sending health workers to all affected border points, a government official said. An estimated 377 people have died in Guinea since the world’s worst outbreak of Ebola began in March in remote parts of a border region near Sierra Leone and Liberia. Guinea says its outbreak is under control with the numbers of new cases falling, but the measures are needed to prevent fresh infection from neighboring countries hit by the epidemic. “Trucks full of health materials and carrying health personnel are going to all the border points with Liberia and Sierra Leone,” Aboubacar Sidiki Diakité, president of Guinea’s Ebola commission, said late on Wednesday.
Source: Reuters
Watch on blk24ga.tumblr.com

BLOODY WEST POINT: Following the Wednesday August 20 stone-missiles war declared by officers and some disgruntled West Pointers, RCI team enters the community. In this Mamadee Diakite production, the team follows armed security men, films a near-engagement and a distasteful scene of an AFL medic attending to the three wounded persons. The team talks to AFL Chief of Operations on the ground and some West Pointers.

Monrovia, Liberia

Pr. Amadou Dolo, gynécologue à propos de la lutte contre la mortalité maternelle : «On ne peut aujourd’hui protéger l’enfant et la femme enceinte en Afrique, sans s’attaquer au paludisme»

Le Mali célèbre ce Samedi 30 août, la 10e journée mondiale de lutte contre la mortalité maternelle sous le thème : paludisme et grossesse. Placée sous la présidence de la Première dame, Kéita Aminata Maiga, cette journée a pour objectif de sensibiliser les populations sur la maternité à moindre risque.

 

En prélude de cette 10e journée, le département de la Santé et de l’hygiène publique a, à travers la division santé de la reproduction, organisé une conférence de presse. Elle était animée par le Pr. Amadou Dolo, point focal de la Vision 2010 au Mali et Dr. Boré Saran Diakité, chef de la division sante de la reproduction.

Selon Pr. Dolo, depuis plus d’une décennie, l’OMS a retenu le paludisme comme l’un des plus graves fléaux de santé au monde. Malgré cela, cette maladie est loin d’être vaincue.

Les femmes enceintes et les enfants attrapent très rapidement cette maladie et payent le plus lourd tribut. Toutes choses qui prouvent à suffisance qu’il y a une forte «complicité » entre grossesse et paludisme d’où le thème de la 10è édition : «paludisme et grossesse».

«La santé de la mère et de l’enfant est une priorité mondiale. Et on ne peut aujourd’hui protéger l’enfant et la femme enceinte sans s’attaquer au paludisme», a affirmé Pr. Amadou Dolo, point focal de la Vision 20610 au Mali.

Au Mali, les journées de lutte contre la mortalité maternelle et néonatale ont permis à une frange importante des populations de comprendre beaucoup d’aspects de lutte contre le paludisme et la mortalité maternelle. Aussi, elles ont permis de réduire significativement le taux de mortalité maternelle et néonatale liée au paludisme.

De nombreux défis restent à relever au Mali, malgré des résultats encourageants.

Lesdécès maternels dus essentiellement au paludisme ont passés en 2001 de plus de 600 décès pour 100 000 cas à 568 décès pour 100 000 cas en 2013. Quant au taux de mortalité néonatale, il est de 38 pour 1000. Au Mali, le paludisme représente 52,8% des consultations dans les centres de santé. Les cas très graves de paludisme représentent plus de 17%.

Les conséquences très lourdes pour la société

Selon Pr. Dolo, en plus de la mortalité maternelle et néonatale, le paludisme provoque les petits poids à la naissance et les naissances prématurées.  Le paludisme est retenu comme l’une des causes de la diminution des PIB en Afrique et il présente des séquelles graves sur l’intelligence et la mentalité de l’homme. Environ 6% des femmes enceintes paludéennes perdent leur grossesse.

Face à ce tableau sombre, le Pr. Amadou Dolo dira qu’au 21ème siècle, il «est inadmissible qu’une femme meurt en donnant la naissance».

Rappelons que l’objectif de la vision 2010 et de l’OMS est de réduire à 75% d’ici 2015, la mortalité maternelle dans le monde. Pour atteindre cet objectif au Mali, les conférenciers invitent les populations à respecter les consignes de lutte contre le paludisme contre lequel il n’existe pas encore un vaccin.

Ces consignes ne sont autres que l’utilisation des moustiquaires, la pulvérisation des maisons avec insecticide, l’assainissement, les consultations prénatales pour les femmes enceintes afin qu’elles bénéficient de la prise en charge gratuite en cas de paludisme, etc.

The post Pr. Amadou Dolo, gynécologue à propos de la lutte contre la mortalité maternelle : «On ne peut aujourd’hui protéger l’enfant et la femme enceinte en Afrique, sans s’attaquer au paludisme» appeared first on maliweb.



from WordPress http://ift.tt/1n50XQZ
Avec Abdoulaye Benson Diakité, organisateur du Festi’Bazin : « Ce festival est un évènement national parce qu’il participe à la promotion du Bazin et crée des emplois »

Du 4 au 6 septembre prochain, Bamako sera la capitale du  Bazin. En effet, cet évènement premier du genre dans notre pays a été initié par Abdoulaye Benso Diakité, ancien journaliste-animateur à RFI. Un évènement, rappelons-le, qui en plus de mobiliser de grands stylistes et des artistes de renommée internationale, va également créer une cinquantaine d’emplois. D’ores et déjà, les organisateurs se frottent les mains car de grands groupes de presse mondialement connus ont décidé de les accompagner. Nous avons profité de l’occasion pour nous entretenir avec l’initiateur de l’évènement afin d’en savoir davantage sur son déroulement.

Bonjour M. Benson. Présentez-vous à nos lecteurs ? 

Je suis Abdoulaye Benson Diakité, natif de Bancoumana, village situé au cœur du Mandé à 60 km de Bamako sur la route de Kangaba. J’ai également été journaliste-animateur sur RFI de 1994 à 2009 avant d’être nommé conseiller spécial à la Présidence de la République du Mali. Aujourd’hui, j’ai retrouvé ma famille d’origine c’est-à-dire le journalisme et les activités culturelles. Et pour marquer ce retour, j’ai accepté de porter le projet « Festi’Bazin » pour faire la promotion de ce tissu.

En effet, Bamako abritera dans quelques jours le festival du Bazin dont vous êtes le président. Pouvez-vous nous faire le point sur l’organisation? 

Vous savez organiser un évènement culturel n’est pas une chose facile. Les difficultés sont surtout d’ordre logistique, sans oublier la réticence des sponsors. Malgré l’adversité, nous avons continué à travailler afin de faire de Festi’Bazin un évènement digne et crédible. A quelques jours du début du festival, je peux dire que l’organisation se déroule dans de bonnes conditions. Initialement prévu au CICB,  Festi’Bazin se tiendra finalement au Palais des Sports à Hamdalaye ACI du 4 au 6 septembre. L’équipe travaille actuellement à l’installation du podium T pour le défilé  du 5 septembre et à la mise en place des stands d’exposition dévolus aux vendeurs de Bazin et accessoires. Bref, nous sommes prêts et la communication fera le reste.

Vous êtes l’un des promoteurs les plus attitrés dans l’organisation d’évènements de mode au Mali. Qu’est-ce qui fait la différence avec ce festival dédié au Bazin? 

Je crois que la seule différence se trouve dans la spécificité du Bazin qui est considéré comme un produit malien, même s’il est tissé en Allemagne, en Autriche et en Chine. Il faut dire aussi que le Bazin malien est depuis une décennie, présent sur les grands podiums du monde, grâce à certains stylistes et aussi des artistes musiciens tels que Oumou Sangaré, Youssou N’Dour, Salif Keita… Pourquoi un festival consacré au Bazin? C’est d’abord pour honorer ce tissu de toutes les grandes occasions par excellence au Mali. Sachez aussi que le Bazin est actuellement l’un des leviers de la croissance socio-économique du Mali. A ce titre, à travers Festi’Bazin, nous participons à la promotion de la culture malienne et à la reconnaissance du Bazin comme produit typiquement malien. Pour nous, Festi’bazin sera un espace de rencontres et d’échanges entre les partenaires et les corps de métier de toute la chaine de fabrication du Bazin. Au-delà
de toutes ces considérations, Festi’bazin pour cette première édition veut mettre en valeur le Bazin malien et surtout attirer d’éventuels investisseurs.

Pourquoi choisir le Bazin au détriment par exemple du Bogolan qui est beaucoup plus local? 

J’avoue que pour nous, le Bazin et le Bogolan ont les mêmes valeurs cultuelles au Mali. Mais dans la pratique au quotidien? le Bazin est  très utilisé. C’est un choix que nous avons fait au regard de la place qu’occupe le Bazin dans notre société. La popularité et la richesse qu’il génère correspondent surtout aux objectifs de Festi’bazin. Le Bazin est un produit qui à mon sens fédère tout le Mali sans distinction de race et d’ethnie. Or, le Bogolan a une valeur profonde avec un certain mysticisme lié à des pratiques occultes dévolues à des initiés. Il faut remarquer que le Bogolan est une spécificité de certains peuples et régions du Mali.
Depuis le lancement de Festi’bazin, nous avons reçu de nombreuses demandes de participation. Ces demandes émanent du Mali et des pays de la sous-région. Signalons aussi que le bogolan est depuis quelques années, la pièce maitresse d’une manifestation annuelle organisée par nos amis de l’ORTM. Pour toutes ces raisons, nous avons fait le choix de magnifier le Bazin.

Plusieurs personnalités dans le domaine de la mode sont annoncées. Pathé’O, Diouma Dieng, Adama Paris, Isabelle Anoh…les artistes musiciens tels que  Meiway, Djiby Drame…pouvez-vous confirmer leur présence?

Le Bazin est un produit estampillé malien, mais il intéresse de nombreuses personnes. A travers notre festival, nous souhaitons faire la promotion du Mali qui, il faut le dire en a besoin aujourd’hui. Et ces personnalités étrangères du monde de la culture sont des messagers. Nous sommes restés dans le domaine de la mode, ce qui explique la présence de Paté’O, le père de la mode africaine, Djouma Dieng Diakhaté, l’ambassadrice et Isabelle Anoh, la prêtresse de la mode africaine. Toutes ces personnes qui sont des amis personnels ont confirmé leur présence à Festi’bazin. Je profite de l’occasion pour leur dire merci au nom de toute l’équipe du festival.

L’évènement va également attirer la presse nationale, mais surtout internationale : RFI, France 24, Africa 24, FA TV… sont partenaires. Pour une première édition, peut-on dire que vous avez frappé fort?
Le succès d’un évènement, surtout un évènement culturel passe par la communication. Et qui dit communication, dit mass-média. Pour le lancement de Festi’bazin, nous avons organisé une conférence de presse qui a réuni de nombreux journalistes de la place. Ces journaux nous accompagnent encore aujourd’hui. Et comme notre ambition est de faire de Festi’bazin, un évènement culturel de classe internationale, nous avons cherché des partenariats avec certains médias internationaux dont RFI (qui est presque ma maison), France 24, Africa 24, les magazines Amina, Brune et Africafashion. Le sérieux de l’organisation et surtout nos arguments ont poussé ces à nous accompagner. Certains nous ont même fait la promesse de nous accompagner durant cinq ans. C’est dire que nous avons frappé fort. Mais, je ne me donne aucune limite lorsque je fais quelque chose. En plus, j’ai gardé de très bonnes relations avec les responsables de nombreux médias en
Europe.

Initialement prévu au CICB, l’évènement se tiendra finalement au palais des sports. Pourquoi ce changement?
C’est vrai que dans un premier temps, nous avions choisi le CICB pour abriter ce festival. Mais au regard de la difficulté d’accès à ce lieu en raison des travaux du côté de l’entrée principale, nous avons décidé de nous installer au Palais des Sports à Hamdalaye ACI avec les bénédictions du ministre des Sports et celui de la culture. Donc, ce changement de lieu a été fait pour offrir à nos visiteurs et exposants un cadre  agréable et facile d’accès. Nous retournerons au CICB pour la seconde édition lorsque les travaux seront terminés.

Un message de la fin? 
J’estime aujourd’hui que l’évènement « Festi’Bazin » n’est pas l’affaire du seul président, ni de l’agence Ovation ni de l’équipe en charge de son organisation. « Festi’Bazin » est pour nous un évènement national parce qu’il participe à la promotion d’un produit qui crée des emplois et partant contribue au bien-être de la population malienne. Mon message est simple à cet égard: « Venez nous rejoindre pour magnifier encore et encore le Bazin ». « Festi’Bazin’’, c’est au Palais des Sports à Hamdalaye ACI du 4 au 6 septembre 2014. Et que la fête soit belle.
Réalisé par Clarisse NJIKAM

SOURCE: L’Indépendant

The post Avec Abdoulaye Benson Diakité, organisateur du Festi’Bazin : « Ce festival est un évènement national parce qu’il participe à la promotion du Bazin et crée des emplois » appeared first on maliweb.



from WordPress http://ift.tt/1wMYQLg
Unité Nationale : L’organisation perpétuelle des foras s’impose

«L’unité nationale : comment y arriver’’, tel était le thème de l’émission « questions d’actualité » sur l’Office de radiotélévision et diffusion du Mali (Ortm) le dimanche 24 août 2014. L’émission était présentée par Youssouf Diakité de l’Ortm qui recevait sur le plateau, Mamadou Diouara, secrétaire général du Mouvement sauvons le Mali, Mme Dembélé Oulématou Sow, présidente de la Fenacof, Mohamed Ag Moulou, président de la commission du retour des déplacés et refugiés et Zaabi Safia Moulaye Haïdara, membre de l’Association Alcarama. Au cours de ce débat, les invités ont tous proposé l’organisation permanente des rencontres pour permettre aux maliens de se connaitre davantage. Ils ont profité pour dénoncer la mauvaise gouvernance et la corruption qui gangrènent le pays. Il était surtout demandé aux invités de faire des propositions pour une véritable unité nationale.

 

A cet effet, Mme Dembélé Oulématou Sow, présidente de la Fenacof a fait allusion de l’unité à la démocratie qui doit être surveillé comme du lait sur le feu. « On prône le dialogue aujourd’hui mais à défaut d’avoir gain de cause, il est nécessaire d’envisager autre option. Mais il faut également chercher une solution au développement du nord », a-t-elle dit.

Selon Mohamed Ag Moulou, président de la commission du retour des déplacés et refugiés, il ne faut pas attendre que les conflits éclatent pour chercher une solution mais l’Etat doit sensibiliser la opulation de façon perpétuelle pour les inculquer du brassage ethnique. Il faut une prise de conscience de la jeunesse pour la cohésion nationale, a-t-il dit. A l’en croire, la jeunesse est marginalisée. Il a fait savoir que l’Etat a faillit à la gouvernance et à la lutte contre la corruption. « Les sudistes doivent comprendre que le nord à besoin d’être aider comme d’autres localités du sud aussi », a-t-il dit. Mamadou Diouara, secrétaire général du Mouvement sauvons le Mali abonde également dans le même sens. Selon lui, le problème malien ne pourra être gérer sans la jeunesse. A l’en croire, son mouvement a proposé à l’Etat, l’organisation des cadres de rencontre pour que les maliens puissent se connaitre davantage. Il a jugé nécessaire qu’en temps de crise, les minorités puissent être sécurisées.

Zaabi Safia Moulaye Haïdara, membre de l’Association Alcarama, a souhaité, elle aussi l’organisation permanente des foras pour permettre aux maliens de se connaître davantage. Avant de dénoncer l’insécurité qui prévaut au nord. La région de Tombouctou est vide, pas d’armée ni rien, a-t-elle dit. Les débateurs ont fait des propositions qui sont entre autres : la prise de conscience de l’Etat de son rôle (sécurité des personnes et des biens, la lutte contre l’impunité, la reconnaissance du mérite etc.).

A.Disa

SOURCE: Delta News  du   29 août 2014.

The post Unité Nationale : L’organisation perpétuelle des foras s’impose appeared first on maliweb.



from WordPress http://ift.tt/1zOqsfd
Guinea declares public health emergency over Ebola

By Saliou Samb CONAKRY (Reuters) - Guinea has declared a public health emergency over an Ebola epidemic that has killed more than 1,000 people in three West African states and is sending health workers to all affected border points, a government official said. An estimated 377 people have died in Guinea since the world’s worst outbreak of Ebola began in March in remote parts of a border region near Sierra Leone and Liberia. Guinea says its outbreak is under control with the numbers of new cases falling, but the measures are needed to prevent fresh infection from neighbouring countries hit by the epidemic. “Trucks full of health materials and carrying health personnel are going to all the border points with Liberia and Sierra Leone,” Aboubacar Sidiki Diakité, president of Guinea’s Ebola commission, said late on Wednesday. http://q.gs/7XcDX
Guinea declares public health emergency over Ebola



Guinea declares public health emergency over Ebola

(Reuters) – Guinea has declared a public health emergency over an Ebola epidemic that has killed more than 1,000 people in three West African states and is sending health workers to all affected border points, a government official said.

An estimated 377 people have died in Guinea since the world’s worst outbreak of Ebola began in March in remote parts of a border region next to Sierra Leone and Liberia.

Guinea says its outbreak is under control with the numbers of new cases falling, but that the new measures are needed to prevent further infection from the other countries at the center of the epidemic.

“Trucks full of health materials and carrying health personnel are going to all the border points with Liberia and Sierra Leone,” Aboubacar Sidiki Diakité, president of Guinea’s Ebola commission, said late on Wednesday.

As many as 3,000 people are waiting at 17 border points for a green light to enter the country, he said.

“Any who are sick will be immediately isolated. People will be followed up on. We can’t take the risk of letting everyone through without checks,” he said.

Sierra Leone has declared Ebola a national emergency as has Liberia, which is hoping that two of its doctors diagnosed with Ebola can start treatment on Thursday with some of the limited supply of experimental drug ZMapp.

Canada’s Tekmira Pharmaceuticals Corp is also exploring the possibility of making more of its experimental Ebola treatment, Chief Executive Officer Mark Murray said.

Nigeria, which has also declared a national emergency, on Thursday said it had 11 cases of Ebola after a doctor who treated a Liberian man who brought the disease to Lagos fell ill.

Health experts say the responses of governments to the contagious hemorrhagic disease need to be calibrated to prevent its spread while avoiding measures that could induce panic or damage economies unnecessarily.

The task is made more difficult because the capacity of health services in the three main countries has been stretched to breaking point and mistrust of health workers among some rural communities is high.

In addition, 170 healthcare workers have been infected with Ebola and at least 81 have died
Read the original here:
feeds.reuters

Healthy Living News From around The Web
Guinea declares public health emergency over Ebola - Reuters




Google+

Dopps Chiropractic
7130 W. Maple Suite 200
Wichita, Ks 67209
(316) 944-2020
http://ift.tt/14R1IIT

Guinea declares public health emergency over Ebola



Guinea declares public health emergency over Ebola

(Reuters) – Guinea has declared a public health emergency over an Ebola epidemic that has killed more than 1,000 people in three West African states and is sending health workers to all affected border points, a government official said.

An estimated 377 people have died in Guinea since the world’s worst outbreak of Ebola began in March in remote parts of a border region next to Sierra Leone and Liberia.

Guinea says its outbreak is under control with the numbers of new cases falling, but that the new measures are needed to prevent further infection from the other countries at the center of the epidemic.

“Trucks full of health materials and carrying health personnel are going to all the border points with Liberia and Sierra Leone,” Aboubacar Sidiki Diakité, president of Guinea’s Ebola commission, said late on Wednesday.

As many as 3,000 people are waiting at 17 border points for a green light to enter the country, he said.

“Any who are sick will be immediately isolated. People will be followed up on. We can’t take the risk of letting everyone through without checks,” he said.

Sierra Leone has declared Ebola a national emergency as has Liberia, which is hoping that two of its doctors diagnosed with Ebola can start treatment on Thursday with some of the limited supply of experimental drug ZMapp.

Canada’s Tekmira Pharmaceuticals Corp is also exploring the possibility of making more of its experimental Ebola treatment, Chief Executive Officer Mark Murray said.

Nigeria, which has also declared a national emergency, on Thursday said it had 11 cases of Ebola after a doctor who treated a Liberian man who brought the disease to Lagos fell ill.

Health experts say the responses of governments to the contagious hemorrhagic disease need to be calibrated to prevent its spread while avoiding measures that could induce panic or damage economies unnecessarily.

The task is made more difficult because the capacity of health services in the three main countries has been stretched to breaking point and mistrust of health workers among some rural communities is high.

In addition, 170 healthcare workers have been infected with Ebola and at least 81 have died
Read the original here:
feeds.reuters

Healthy Living News From around The Web
Guinea declares public health emergency over Ebola - Reuters




Google+

Dopps Chiropractic
1611 E 61st St N
Park City, Ks 67219
(316) 744-8228
http://ift.tt/14YaNzI

Guinea declares public health emergency over Ebola



Guinea declares public health emergency over Ebola

(Reuters) – Guinea has declared a public health emergency over an Ebola epidemic that has killed more than 1,000 people in three West African states and is sending health workers to all affected border points, a government official said.

An estimated 377 people have died in Guinea since the world’s worst outbreak of Ebola began in March in remote parts of a border region next to Sierra Leone and Liberia.

Guinea says its outbreak is under control with the numbers of new cases falling, but that the new measures are needed to prevent further infection from the other countries at the center of the epidemic.

“Trucks full of health materials and carrying health personnel are going to all the border points with Liberia and Sierra Leone,” Aboubacar Sidiki Diakité, president of Guinea’s Ebola commission, said late on Wednesday.

As many as 3,000 people are waiting at 17 border points for a green light to enter the country, he said.

“Any who are sick will be immediately isolated. People will be followed up on. We can’t take the risk of letting everyone through without checks,” he said.

Sierra Leone has declared Ebola a national emergency as has Liberia, which is hoping that two of its doctors diagnosed with Ebola can start treatment on Thursday with some of the limited supply of experimental drug ZMapp.

Canada’s Tekmira Pharmaceuticals Corp is also exploring the possibility of making more of its experimental Ebola treatment, Chief Executive Officer Mark Murray said.

Nigeria, which has also declared a national emergency, on Thursday said it had 11 cases of Ebola after a doctor who treated a Liberian man who brought the disease to Lagos fell ill.

Health experts say the responses of governments to the contagious hemorrhagic disease need to be calibrated to prevent its spread while avoiding measures that could induce panic or damage economies unnecessarily.

The task is made more difficult because the capacity of health services in the three main countries has been stretched to breaking point and mistrust of health workers among some rural communities is high.

In addition, 170 healthcare workers have been infected with Ebola and at least 81 have died
Read the original here:
feeds.reuters

Healthy Living News From around The Web
Guinea declares public health emergency over Ebola - Reuters




Google+

Dopps Chiropractic
4746 S. Broadway
Wichita, Ks 67216
(316) 522-1122
http://ift.tt/14R1IJ3

Bazin malien : Un salon International de promotion en vue

Le Salon International du Bazin de Bamako (SIBBA), qui ambitionne  d’être la plaque tournante du marché du Bazin de la sous-région, aura lieu du 4 au 13 Septembre 2014 au Centre International de Bamako. En prélude à cet évènement, le promoteur Mory Keita et la marraine Fatoumata Siré Diakité, ont animé une conférence de presse le Samedi 23 août 2014 au Centre National de Documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE).

« Le Mali est le creuset du Bazin. Il constitue un secteur pourvoyeur d’emplois et peut endiguer le chômage des jeunes », a indiqué Fatoumata Siré Diakité, marraine du SIBBA. Elle a affirmé que le Bazin qui fait la fierté de tous les maliens, est un véritable phénomène de développement. « Tous les acteurs et les dérivés qui en découlent seront célébrés au cours de ce imposant salon », a-t-elle ajouté. Elle a invité les commerçants à venir garnir  les stands afin de prouver leur savoir faire au monde. Mory Keita a indiqué que le SIBBA,  sera une vitrine pour les acteurs du Bazin malien. Selon lui, il vise la mise en valeur formelle du Bazin et des débouchés socioprofessionnels que le secteur représente dans notre pays. « Le salon est, aussi, un hommage rendu aux femmes pour leur créativité », a-t-il avancé. Mory Keita a assuré que le Mali se positionne désormais comme le carrefour international en matière de mise en valeur du Bazin. Les couturiers du monde ne jurent plus que par la qualité exceptionnelle du Bazin  et de la teinture « made in Mali ». Il a indiqué que le salon sera marqué par plusieurs activités: les expositions des produits, les défilés de mode, des ateliers de formation, un séminaire sur l’emploi et surtout celui sur l’environnement.

Moussa Samba Diallo

SOURCE: Le Républicain

The post Bazin malien : Un salon International de promotion en vue appeared first on maliweb.



from WordPress http://ift.tt/XRCybW
Text
Photo
Quote
Link
Chat
Audio
Video