couverture

Comme l’exercice des fausses couvertures de 2014 m’a plutôt bien plu je recommence, mais avec les livres-oh-la-la que j’ai adorés tout le temps. Je n’ai pas tout lu, je n’ai que 25 ans, et je ne lis Vraiment que depuis que j’ai 17 ans, je n’ai pas de culture littéraire à proprement parlé, donc il manquera sans doute des livres primordiaux pour certain(e)s, mais voilà, cela reste une sélection personnelle.   

L’Étranger, Albert Camus, 1947, Folio.

J’ai relu récemment L’Étranger de Camus que j’avais dû lire en première ou en terminale et que j’avais déjà beaucoup aimé, mais je ne me souviens plus pourquoi, peut-être pour l’être détaché auquel je m’identifiais ou à l’atmosphère. J’ai retrouvé l’ambiance, le personnage qu’on pourrait qualifier d’insensible, de la vie, des autres, mais pas de la vérité, je crois.
Au début de ma lecture je me suis demandée pourquoi ce livre m’avais tant plu et puis, et puis on lit, je m’attache, les dernières pages, oh la la, ces dernières pages.
C’est toujours un de mes livres favoris.
Le dessin “c’était à cause du soleil”.