cambodgien

10

Angkor, Cambodge

Un tuk tuk pour le week-end, des promenades dans les temples enfouis dans une forêt dense, des escapades dans la peau de Lara Croft, des heures de visite dans le palais le plus grand du monde, un chapeau à la Indiana Jones … tout est là, pour un bond dans le passé sacré des cambodgiens.

Les sculptures et les fresques de certains temples sont encore magnifiquement bien conservées, représentant leurs dieux, démons, scènes de guerre et de danse. On a rarement vu un art aussi bien gardé et aussi raffiné à l’intérieur des temples. Ce qui fait la signature d’Angkor, c’est surtout ces énormes arbres qui continuent à se faufiler entre les pierres et qui poussent dans les édifices – c’est d’ailleurs grâce à eux que les tombeaux tiennent encore debout aujourd’hui.

En bref, un lieu vraiment incontournable en Asie !

Quand la #France ouvrait les bras à 120 000 réfugiés sauvés en mer - Rue89 #migrations #humanisme


Quand la #France ouvrait les bras à 120 000 réfugiés sauvés en mer - Rue89 #migrations #humanisme

En 1979, politiques et intellectuels français mettaient leurs désaccords de côté et accueillaient plus de 120 000 réfugiés vietnamiens et cambodgiens. Une union impensable sur la crise en Méditerranée.


See on rue89.nouvelobs.com
7

Siem Reap - Point de départ pour la visite des temples d’Angkor, du coup très fréquentée et festive le soir (notamment la rue qui porte bien son nom “pub street”). La ville est très agréable, et a d'ailleurs été élue n°1 des destinations touristiques par TripAdvisor, ce qui nous a donné l'occasion de découvrir des Boys bands Cambodgiens hyper à la mode …. Nous avons testé la fameuse enseigne du restau canapés “Blue Pumping”, un buffet BBQ à volonté assez délirant et une soirée suspendus sous la dernière maison en bois traditionnelle en pleine ville. Nombreuses boutiques artisanales et spectacles traditionnels sont également au rendez pour un peu de repos entre les visites des temples.

Nous en avons profité pour faire un super massage traditionnel aromatique bienvenu après les nombreux temples d’Angkor visités.

Et comme vous vous en doutez sûrement des photos d'Angkor arrivent très bientôt (on est un peu fâché avec Tumblr en ce moment…).

3

Dans les rues de Siem Reap, je désirais prendre une photo avec plusieurs personnes sur une moto. Apres quelques tentatives ratées, ces 3 clichés montrant le sourire facile des cambodgiens.

5

L’ extermination de masse au service d’ une idéologie

Difficile de chiffrer précisément combien de Cambodgiens ont trouvé la mort en seulement quatre ans. De 1975 à 1979, Pol Pot et ses khmers rouges ont exécuté entre 500 000 et 1 million de personnes. En comptant les famines et les maladies liées aux travaux forcés, autour de 2 millions de personnes ont ainsi péri, soit environ un quart de la population de l’époque.

Jamais un régime communiste n’a autant exercé la répression systématique. Les intellectuels (savoir écrire et lire pouvait valoir d’être classé comme tel), les “bourgeois” étaient des cibles prioritaires.

Fracassement du crâne

Ces photos sont prises dans la prison de Tuol Sleng, ou S-21, à Phom-Penh. Dans cette ancienne école, qui sert aujourd’hui de musée du génocide, plus de 14 000 personnes ont été détenues. Peu en sont sorties vivantes. Des appareils de torture sont encore présents. Le régime a fait photographier les détenus à leur arrivée. On y trouve des portraits de femmes et même d’enfants… Leurs torts? Être des capitalistes ou enfants de capitalistes, avoir comploté contre le régime, ou encore avoir consommé de l’alcool, tenté de s’alimenter en dehors des repas, ou avoir voulu visiter leur famille… Des récits révèlent que pleurer un enfant perdu pouvait mériter la peine capitale. Les exécutions se faisaient le plus souvent par fracassement du crâne.

Près de 10 000 fosses ont été retrouvées contenant environ 500 000 corps. Les historiens estiment que 10 000 fosses supplémentaires n’auraient pas encore été découvertes.

#Cambodge #Racket General Pao Bun et fonctionnaire Yim Seap #OSJ extorque plus de 10 000 USD #PhnomPenh

Voici un bon (cliquez ci dessous sur Traduction 2 et 3) qui atteste d’un racket du général de police cambodgien Pao Bun dont le fonctionnaire YIM SEAP est l’ami.

YIM SEAP le collaborateur et représentant de l’OSJ de Eric Duval au Cambodge a pris cette somme pour les remettre au Général Pao Bun.

Pourquoi la justice cambodgienne ne cherche-t-elle pas à savoir qui se cache derrière ce racket et…

View On WordPress