Watch on thebonafidebonafide.tumblr.com
Remember, the better your French, the more you can impress Bradley Cooper when you eventually meet him!

image

From Ellie

Bonsoir à tous !

Take out your agendas because I have news for you.

- The Homework Hour for next week (22-27 September) will be Tuesday, September 23rd at 7.30PM at the French House ! It does not count as an activity credit.

- The French Table is still Friday, at noon, at Prentiss. Yup ! And it still counts as an activity credit.

- In two weeks, we’ll have our very first French Movie Night, here at the French House ! We will be shoving “La Grande Vadrouille" - unless something terrible happen… for example if the movie is not in the library… - a comedy with De Funes and Bourvil !

You can find the trailer here : https://www.youtube.com/watch?v=nB_jhCp4XCk

This movie is one of my favorite : but to be honest, almost everything with De Funes is one of my favorite ! (L’Aile ou la cuisse, Rabbi Jacob, La Soupe aux choux….)

The French Movie Night will happen on Tuesday, September 30th7PM at the French House ! We’ll be serving pop corn, and it counts as an activity credit !

Have a nice week folks !

Ellie

French Language Assistant

Watch on sirenadouce.tumblr.com

C’est l’piston - Bourvil

Watch on elogedelombre.tumblr.com

Bourvil, le petit bal perdu

Tati joue gagnant sur son vélo 1911

JACQUES TATI – JOUR DE FÊTE – 1949 – RESTAURÉ 2013

Tout aussi célèbre que ce film puisse être, il est d’abord et avant une pièce majeure de l’archéologie du cinéma comique français. Ce n’est pas un chef d’œuvre de sens ou même d’imagination. Tout au plus un bon film de détournement de l’observation en vue de faire rire et de divertir. Je suis persuadé que cela devait bien fonctionner après la guerre et pendant les années 50. Mais Jacques Tati a eu rapidement des concurrents comme Fernandel, qui existait déjà, Bourvil et bien sûr Louis de Funès.

Fernandel a une dimension tragique et surtout un faciès qui crie, hurle à la souffrance intérieure et au drame pathétique personnel. Jacques Tati n’a pas ça. Bourvil aura un humour dans le discours saugrenu et dans la naïveté un peu sotte d’une espèce de cul-terreux déplacé par quelque drame historique jusqu’à la ville. Il sent son bourbeux, son bouseux comme on disait de mon temps, et il en est absolument déchirant tout en étant hilarant. Jacques Tati a un tout petit peu cela mais il joue au naïf légèrement dépassé par son ego qui n’a aucune mesure avec ses moyens intellectuels plutôt réduits et est comme bombardé dans une campagne arriérée et qui n’a pas encore inventé le tracteur. Ce renversement rend Jacques Tati cruel à l’égard des petites gens de la campagne, mais en réalisateur il renverse cette situation et tourne sa cruauté à l’égard des autres contre lui-même Et il devient comique de façon poignante qui n’appelle que la pitié de notre part. Comment peut-on être aussi sot ? Et c’est là qu’il devance Louis de Funès qui jouera sur ce filon comme un chercheur d’or perpétuel.

 

image

Mais il évite toute situation réellement politique ou même historique : il n’y a pas de marché noir, de collaboration, de SS derrière les arbres du chemin. Il n’y a pas de criminel mal repenti qui cherche à nuire au passant. Il n’y a que de la naïveté au bord de la sottise que l’on renverse sur soi-même comme un Charlot déphasé.

Pire encore. On nous insuffle de l’Américain dans les bronches et Jacques Tati se rend complètement risible en essayant avec un vélo de faire mieux que les Américains avec un avion ou un hélicoptère. C’est d’une immense sottise dans le projet mais c’est surtout voué à l’échec. Mais c’était un temps où le Parti Communiste faisait faire un film anti-coca-cola et défendait dans ce film de propagande anti yankee que l’on avait chez soi la vraie boisson populaire française, à savoir le ballon de gros rouge et j’ajouterai qui tâche. Dans ce contexte Jacques Tati est au moins critique de ceux qui font dans l’anti-américanisme primaire de surface. Il montre l’imbécillité d’un discours anti Américain de principe.

 

image

Mais cela est clair aujourd’hui. Qu’en était-il en ce temps-là ?

Alors il reste la nostalgie qui nous pousse entre les dents et qui nous donne des caries. J’entends tous les jours des gens qui ont plus de quatre-vingts ans dans mon village de montagne que « De mon temps… » Vous savez la suite : il y avait beaucoup de neige, on avait de vraies saisons, le diable avait trois pattes comme les canards, et l’on rasait les murs gratis. La nostalgie est la nourriture intellectuelle des petites gens vieillissantes. Elle ne présente aucun intérêt pour la vie ou la survie. Elle est même un moyen sûr de dépérir, péricliter et finalement périr dans l’oubli.

 

image

Alors pourquoi ressortir ce film ? Uniquement pour l’intérêt du documentaire qui l’accompagne sur le « making-of » du film. Remarquez que le mot professionnel est anglais alors qu’à Hollywood c’est snob d’employer des mots français comme la mise en scène et surtout la mise en abîme qu’ils écrivent de la plus belle façon, mise en abyme (et Wikipedia a même introduit cela dans ses pages : « La mise en abyme — également orthographiée mise en abysme ou plus rarement mise en abîme. » Je suis du côté du plus rarement et mes maître devaient l’être aussi dans les années 60 puisque je n’ai jamais utilisé l’orthographe héraldique.  Vous apprendrez ainsi – Ô mise en abîme – que les petits rôles de femmes sont tous tenus par un homme dont c’était la spécialité de cabaret. Comme quoi nous n’avons rien inventé concernant les travestis et autres spécialité du genre (théorie du genre garantie), n’en déplaise au partisans du seul mariage pour tous, j’entends du seul mariage hétéro autorisé et obligatoire pour tous.

Si vous aimez savoir comment le cinéma comique français est né, vous avez là une des racines, mais qui a vieilli terriblement, j’entends beaucoup et non pas de façon terrible ou pour en devenir terrible, car ce n’est de toute évidence pas très terrible. Quant à la fixation Petit Travail Tranquille, Besancenot n’aurait pas fait mieux.

Dr Jacques COULARDEAU

image

Watch on sirenadouce.tumblr.com

Bourvil - A DADA (1958)

Watch on sirenadouce.tumblr.com

Un drôle de Paroissien (bourvil) film complet

Text
Photo
Quote
Link
Chat
Audio
Video