astreintes

Le principe fasciste, c’est le principe chrétien. Le fascisme forme un tout logique et n’est pas comme on le prétend, un assemblage de théories différentes. C’est le principe chrétien parce qu’il astreint tout
homme à accomplir son devoir envers son prochain. Le socialisme priverait l’individu du privilège de la charité, en rendant
toute personne indépendante de son voisin, et dépendant
seulement de l’Etat.
— 

Harold Elsdale Goad (1878-1956)

Un auteur essentiel, je pèse mes mots. 

Parodie de "L'Aigle noir de Barbara" : un avocat bordelais dépose plainte contre Dieudonné

Pierre Landete estime que le texte du polémiste est une provocation antisémite

L’avocat bordelais Pierre Landete vient de déposer plainte auprès du tribunal de grande instance de Paris contre le polémiste Dieudonné et sa femme Noémie Montagne.

Pierre Landete agit au nom de plusieurs associations qui veulent queDieudonné soit condamné pour provocation publique à la haine raciale.Le litige porte cette fois sur la chanson sans doute la plus célèbre de Barbara, « L’Aigle noir », parodiée par le polémiste et sa femme sous le titre de « Le Rat noir ». En juillet dernier, l’ex-humoriste a d’ailleurs été déjà condamné au civil par le tribunal de Paris à 50 000 euros d’amende et interdiction de diffuser cette parodie sous peine d’une astreinte de 1 500 euros par jour.

Cette condamnation avait été obtenue à la demande du neveu de Barbara, Bernard Serf, seul héritier de la chanteuse disparue en 1997, et qui soutient l’action de Me Landete.

« Même si elle ne l’a jamais mis en avant, Barbara était juive, rappelle Pierre Landete. Et le rat fait évidemment référence au juif, donnant à cette parodie une connotation antisémite », poursuit l’avocat qui a également alerté la garde des Sceaux Christiane Taubira.

SOURCE : Sud ouest

J’ai décidé de t’écrire, plutôt que rien.
Plutôt que rester là, comme ça, dans le silence.
Que je te dise : je me suis honnêtement, sérieusement essayée au silence, je l’ai endossé comme on se glisse dans un vêtement, je m’y suis livrée comme on accepte une astreinte. Je l’ai fait d’abord pour moi, ne t’y trompe pas, c’était un choix égoïste, même s’il m’a coûté. En fait, j’ai pensé que cela me sauverait. Mais le rien-dire ne sauve pas, enfin disons que, moi, il ne m’a pas sauvée. Je crois même qu’il m’a enfoncée un peu plus dans la tristesse, le chagrin. Pour être tout à fait honnête, il m’a dévastée parce qu’il est peuplé d’images, le silence, de souvenirs impossibles à chasser, telles ces mouches importunes qui tournent autour du visage, qu’on tente d’éloigner avec de grands mouvements des bras, et qui toujours reviennent. Et puis, dans le silence, on est sans défense : les assauts n’en sont que plus blessants.

#alsace Ce mercredi, les ex-salariés ont payé leur cote part des frais de procédure. Ils ont respecté la loi et apporté les 1500€ auxquels ils avaient été astreints par le Tribunal de commerce. Le Groupe UPM respectera-t-il ce à quoi il s’était engagé ? C’est la question que les repreneurs potentiels via la SCOP pose aujourd’hui [&hellip #actualité #information

Les Mystères d’Eleusis


De toute la hiérarchie d’initiations qu’on peut déceler, organisée en 7 étapes : Petits Mystères, Grands Mystères, Epoptie, et ensuite Holoclères, Sacerdoce, Initiation royale, Initiation suprême, on voit se dégager l’appétit de purification, l’ambition de se libérer des contraintes, des astreintes, de la matière, de la gangue de chair et de corps et l’aspiration, au-delà des passions, aux retrouvailles avec soi-même, libéré des chairs et des sangs, le goût d’appréhender le Monde et la Vie, la véritable Vie, qui serait celle de l’Esprit, curieusement tendu vers l’Un, l’Unité, par réunion de la Pensée et de l’Âme.

Le chemin vers cette vérité apparaît long et difficile, impose des guides (mystagogues), des recherches et des efforts … Il s’engouffre dans une descente sous terre, par l’Obscur, revient dans une ascension vers la Lumière, sur le chemin haut de la Vérité, avec l’espoir de parvenir dans la vie à la Connaissance …

Au travers du Mythe et de ses Mystères, on perçoit l’angoisse de l’éphémère et du sens de la vie individuelle qui conduit à la mort, avec la question lancinante du Sens … Pourquoi cette descente ? Cette incarnation de la Pensée et de l’Âme, dans la chair, la matière, la douleur, le quotidien ? Et quel destin après la mort ? Et déjà l’idée d’avoir à préparer le séjour dans l’Au-delà, en vivant la mort, avant de mourir, pour s’assurer du bonheur dans l’Autre monde …

Et qui, mieux que des morts, qui connaissent déjà le royaume d’Hadès, peuvent enseigner, initier le Chemin et le Destin … La Vie après la mort ? Qui. mieux que Coré, qui revient chaque printemps des mondes souterrains, pour dire aux hommes mortels ce qui s’y passe, ce qu’il faut faire … Et comment ?

Au moins, malgré le secret, sait-on que les mystères font mourir le myste font parcourir le chemin du mort qui se dépouille de sa parole, de sa fortune, de ses vêtements même, en allant nu, dans le gouffre étroit, obscur, un bandeau sur les yeux, reconnaître le parcours pour ressusciter en remontant vers la Lumière, en Haut … Aspiration à la Vie, guidé par ceux qui connaissent. Initiés holoclères, mieux que quiconque …

Au moins sait-on que le Mystère montre, révèle, annonce le Chemin et la Direction et rassérène, en ouvrant les voies du Bonheur, malgré la “faute folle” qui condamne les mortels à vieillir, à mourir, qui intègre la mort à la vie, faisant comprendre la mort comme la fin naturelle de !a vie, en laissant l’espérance de la Vie, au-delà de la Mort …

Des indices, des signes, des symboles sont donnés, lisibles, perceptibles par le Franc-maçon, qui croit les reconnaître pour avancer en pays familier, au point de retrouver ses sources de Tradition et ses moyens de connaissance, trouvant à relier ses propres pratiques rituelles à un fond antique universel, donnant sens à ses propres mystères modernes qui s’en trouvent éclairés …

Que la Vérité soit inséparable des moyens de sa recherche et qu’elle se tienne dans l’indicible, que son appréhension relève de l’Intuition et qu’elle passe par l’Emotion éclaire le processus des rites et la kyrielle des symboles !

Que la Vérité soit accessible parce qu’il y a des Lois compréhensibles par l’esprit de l’homme, même si cette appréhension est difficile, peut rasséréner l’Ame angoissée, puisqu’il est possible d’y parvenir, même si on ne sait pas parcourir tout le chemin jusqu’à la plus haute lumière : “Car jamais l’œil ne verrait le soleil s’il n’était semblable au soleil et l’Ame ne verrait pas le beau si elle n’était devenue belle”. (Platon).

Du peu que l’on connaisse de ces Mystères, si bien gardés, si peu transgressés, de ces Mystères “qu’il est impossible de pénétrer”, on sait quand même que l’initiation au troisième grade fait à l’Epopte la Révélation ultime par le symbole de l’Epi de blé moissonné en silence appelé “l’illuminateur parfait” et du Phallus dressé pour la génération.

Par ce chemin, l’Initié voyage de l’obscurité vers la Lumière sous le mystère de Sceau dépouillé de tout ce qui est corps et âme, réduit à la Monade qui n’a ni qualité physique, ni dimensions, ni liens dans l’espace “Unité parfaite, principe des choses matérielles choses matérielles et spirituelles” … Le voilà qui descend un long couloir obscur, en silence, les yeux bandés à la recherche de la lumière et de la raison qui gouverne le monde (logos), symbolisées par l’Arbre de Vie où l’on cueille un fruit, sous le mystère du Sceau, qui le conduit dans le chemin aidé par un mystagogue, il progresse vers la lumière lointaine, élevée.

Par cette ascension hors de la caverne il accède à la Vérité … Lumière éclatante, contemplation du dieu révélation du “dieu unique”, “identique par essence à tous les dieux” … Révélation de l’Un, Unité dans la Lumière éclatante, au moment où l’on moissonne l’épi de blé, symbole du Phallos qui symbolise lui-même “autre chose” pour la Connaissance Intuitive … L’épi gorgé des lumières du soleil symbole de la vie semée dans l’homme à sa naissance. Le “phallos dressé pour la génération” gorgé de toutes les énergies de l’homme, rassemble la lumière de vie pour générer, perpétuer, renaître et exprimer l’essentiel de la vie, la vie essentielle.

Or, dans l’initiation, le hiérophante qui s’unit à la prêtresse de Déméter pour célébrer l’Union, est rendu infécond par la ciguë et l’accouplement se précipite dans le spirituel. Le Phallos pour symbole de la lumière semée dans l’homme qui naît, symbole de la raison humaine produit de l’union de la Pensée et de l’Âme.

(Source : Homère, Hymnes à Déméter - Paris, Les belles Lettres, 1997, pp. 42-58).
Vu ici


from L’Échelle de Jacob http://ift.tt/1zI78PD
via IFTTT
EXPOSITION SOLO DE L'ARTISTE RISOTE - "CAT"

« La rue s’est vite imposée comme un médium privilégié pour Rizote. Et le graffiti est devenu un formidable moyen d’étendre le domaine des possibilités. Rizote a su se réinventer àchacune de ses interventions et appréhender le graffiti comme un univers ludique sans astreinte, ni limite. Une expérience sensible et sans cesse renouvelée d’une liberté qui se vit et s’exprime sans contrainte.» 

-Amine Bouziane

Galerie le Pari(s) Urbain  du 21 Février au 14 Mars 2015.

Dimanche 4 juin 1995

Je me redresse en ce moment, je le sens. C’est pathétique. Je passe la plupart de mes journées, et les nuits presque entières aussi à vaquer de ma table d’aquarelle au téléphone, comme un canasson en longe, mangeant des nouilles froides dans un bol en pyrex, debout et regardant le mur, sur le fond sonore des chiens qui mangent aussi, une fois par jour aussi, je ne sors quasi que pour acheter mes clops, pour les répétitions quand elles ne sont pas annulées, ou faire un crochet par chez Nénesse mais pour être limite désagréable avec tout le monde, les neurones à la température idéale pour tenter le quinté + dans la troisième, flottant de cette sorte de sociabilité qu’on doit pouvoir prêter aux sardines ou aux gnous. Eperdument enclavé. Le summum c’est les moments au téléphone : j’ai un vieux modèle, à fil torsadé, plein de faux-contacts qui m’astreint à son assez peu exaltante proximité. Et donc de 22H00 à 4H00 du matin parfois, je suis allongé sur le dos dans un couloir (et l’obscurité), à m’abîmer dans la nuée grise du plafond, et à me caresser langoureusement une côte, sans doute pour être évocateur sans anticiper rien (d’accord, les doigts anticipent, mais vu l’effecteur, se promettent assez peu. Et s’y tiennent. La côte par contre, pauvrette, on ne lui a jamais fait ça, elle doit croire que ça y est, que je m’attelle à lui révéler sa pyrotechnie érogène - mais non (hé ho)). Je me couche sans en avoir physiquement une seule sensation. Y’a pas : l’amour ça rend beau. Bon, il ne faut pas exagérer non plus, il m’arrive plein d’autres trucs bouleversants : je ne vomis plus, c’est très mauvais signe, je ne bois plus assez. Sinon j’ai dégivré mon frigo, mon assureur m’a appelé pour un dégâts des eaux, mes nouveaux voisins ont installé une tente simili touareg sur leur terrasse pour pouvoir jouer du tambour avec leurs amis, ils sont très gentils et très jolis, c’est lui qui étend la lessive, c’est elle qui achète le pain en rentrant du travail, je ne réponds pas aux messages après le bip sonore des copains et copines, et j’aurais presque envie de lire mon horoscope - mais je ne m’en abstiens que parce que j’ai peur. Punaise je crains à ce point que la musique de Rica Zaraï me ferait pleurer… LIRE LA SUITE

Bricorama condamné à 500 000 euros d'astreinte pour avoir ouvert certains dimanches

La décision intervient alors que la loi Macron prévoyant une extension des autorisations du travail dominical est examinée à l’Assemblée.

http://dlvr.it/8WZpcJ