Merci mesdames

Le journal Minute fait de l’humour raciste. Rien d’étonnant. Leur jeu de mots est pourri, on voit que les gars ne doivent pas rigoler souvent. Quoi de neuf ? Le neuf, ce n’est pas que l’extrême droite soit convaincue qu’on puisse juger quelqu’un à la couleur de sa peau - ça va avec leur idée qu’on peut préjuger du comportement de quelqu’un selon son sexe biologique. Certains sont racistes, ils votent FN. Ils sont relativement nombreux. Nous le sommes davantage. Nous avons toujours vécu dans un pays où nous n’étions pas tous d’accord, et être de gauche c’est justement croire qu’on peut cohabiter sans avoir recours à la torture, ni construire plus de prisons que de salles de concerts. Que l’extrême droite s’exprime n’est pas un problème. Le problème, c’est la fascination des médias, la fascination du PS, la fascination du Front de gauche pour l’électorat FN. Les ventes de Minute exploseront probablement, sur un numéro, mais en attendant ce n’est toujours pas, loin s’en faut, un journal à grand tirage. Alors pourquoi, depuis environ quatre ans, doit-on se fader Marine, louve des neuneus, et son Front national à toutes les sauces ? On finit par avoir la sensation d’assister à une promotion acharnée qui vise, au finale, à vendre au peuple l’idée qu’il n’a qu’un seul désir : voter FN. On l’assène avec les mêmes méthodes qu’on utilise pour lui faire croire qu’il doit changer de voiture. Façon pubard - lavage de cerveau par répétition. On a engagé les journalistes et placé leurs rédacteurs en chef en fonction d’un critère unique : qu’ils n’aillent pas déranger les annonceurs, qu’ils se contentent de remplir les intervalles libres entre deux publicités. Or les annonceurs voyagent. Ils traversent la Chine, Cuba, la Russie - ils reviennent en France et rêvent de transformer le pays, d’en faire un lieu merveilleux où on pourrait tirer sur les ouvriers récalcitrants, massacrer les manifestants, engeôler les contestataires et faire trimer ceux qui restent dimanche et nuit comprises, sans tenir compte du droit du travail. Depuis qu’ils ont découvert que ça n’avait rien d’incompatible avec le libéralisme, ils rêvent d’un système autoritaire. C’est pourquoi Marine glisse un peu de communisme dans son programme de devanture.

Et les grands patrons-annonceurs de se frotter les mains : ils vont finir par l’obtenir, leur dictature. Un peuple à genoux, obligé de fermer sa gueule et à qui on pourra venir raconter qu’il l’a bien cherché, son régime fasciste, et des dirigeants triomphants. Car n’oublions pas qu’il y a de grands gagnants à la crise qui massacre l’Europe, et ce ne sont ni les Roms, ni les Arabes, ni les pédés.

Christiane Taubira s’étonnait de ce qu’aucune «belle et haute voix» ne se soit élevée pour la défendre, et en l’écoutant j’avais envie de lui dire : c’est vous, madame, la belle et haute voix. Nous pensons que vous feriez une formidable présidente de notre République. Nous attendons que vous vous présentiez, parce que nous pensons que vous êtes capable de prendre le pouvoir sans focaliser sur les quatre ploucs qui sortent des vannes moisies quand ils voient quelqu’un qui n’est pas blanc, ni sur les hétéros attardés qui craignent plus le mariage gay que le Fonds monétaire international. Une seule réponse est possible face à la propagande raciste : construire un monde qui évolue. Il y a, parfois, de grandes figures providentielles. L’extrême droite est en train de faire de vous une figure héroïque, historique. Et, pour nous qui ne voterons jamais pour eux, quand bien même voudrions-nous faire dans la contestation, votre voix, désormais, est celle que nous désirons écouter.

Virginie Despentes - Libération - 13/11/13

Text
Photo
Quote
Link
Chat
Audio
Video