Ormai tutti voi amate i maglioni, io vi dico che amo le mie care t-shirt a mezza manica, con le braccia scoperte che quando vengono accarezzate fanno sentire i brividi fino in fondo; voi dite di amare il mare d’inverno, ma io dico che non c’è cosa più bella di una sera d’estate passata sulla spiaggia a fare i falò e suonare la chitarra; voi dite di amare i sabato sera a casa, ma io vi dico che non c’è nulla di meglio di una serata in compagnia delle persone che ci fanno stare nel migliore dei modi, con una pizza e magari due birre e quattro risate. Dite di amare l’inverno, le cuffiette, tumblr, la buona musica, dite che siete tutto diversi ma alla fine rientrate nel solito circolo conformistico. È così buffa la vita: ci impegniamo ad essere tutti diversi ma alla fine ci ritroviamo sempre tutti uguali.

ilventofraglialberi said:

Avranno un bagagloo letterario formato solo da quelli). Ragazze siete in una fase di crescita, avete presente gli ormoni? È logico avere tutto quel casino di sensazioni! E poi se dite che vostra vita è dura andate in Iraq e vedete vah.

Esattamente! Ma se è per questo loro giudicano anche chi si diverte, chi segue le mode (che poi anche la loro è una moda, quella di fare le finte problematiche, ma vabbè), chi vive come la maggior parte dei ragazzi di oggi, chi scopa e così via… Se sei mainstream, sei subito giudicato male dalle tumblr girls. E soprattutto secondo la loro mentalità, se sei mainstream non vali niente, segui la massa, sei un bimbominkia, sei solo uno dei tanti e non hai personalità e chi più ne ha più ne metta, mentre loro che sono anticonformiste credono di valere qualcosa. Intanto, care tumblr girls, io che sono “mainstream” (e lo dico con orgoglio, perché secondo me non c’è da vergognarsi a mostrare quello che si è su Tumblr), seguo le mode (ho anche i miei marchi fashion preferiti e adoro molto swaggare) e ho gusti che voi definireste “tamarri” o scontati… io che, molto probabilmente, verrei giudicato da loro come uno che non vale niente perché, appunto, mainstream… sono stato tre giorni a Milano perché invitato dalla Google al TC Summit Italiano, perché rispondo come Astro Nascente su alcuni forum ufficiali italiani di Google. Ho avuto una bellissima esperienza e conosciuto pure i dipendenti, e ho pure incontrato dal vivo alcuni youtubers italiani famosi che erano ospiti speciali… e voi, care tumblr girls, che dovreste essere superiori a me perché anticonformiste, l’avete mai fatta una simile esperienza? No? Sbam, spente subito! 

Ed in effetti è vero quindi, le tumblr girls giudicano veramente tanto gli altri, sono le prime a farlo e hanno anche il coraggio di lamentarsi se qualcuno “giudica” loro (che poi nessuno le giudica, perché finora ho sempre visto argomentare tutte le critiche mosse a loro). Poi addirittura ti dicono che non puoi stare su Tumblr perché non sei depresso (già, perché loro sono le amministratrici di Tumblr, capiscile, poverine). Ma la cosa peggiore è che fingono: loro in realtà non sono depresse!!! Lo sanno anche loro che sono gli ormoni la causa delle sensazioni! Loro scrivono apposta boiate solo per cercare compassione e avere quindi visibilità. Mentre chi è veramente depresso, chi magari si taglia per davvero, chi magari è veramente anoressico e quant’altro… beh auguro solo loro di non venire mai a sapere che c’è in giro gente che si prende gioco dei loro problemi, non so come potrebbero sentirsi…

E poi veniamo a Bukowski: hai descritto perfettamente la situazione! Loro conoscono solo Bukowski solitamente… e appunto, quello che prendono da Bukowski (molto spesso spacciandolo per roba loro, e ancora “minacciando” la gente di non prendere le “loro” frasi), lo travisano, lo reinterpretano, lo stravolgono, tanto che sento fin da qui Bukowski che si sta rivoltando nella tomba!

Sì, in effetti le “tumblr girls” dovrebbero veramente provare qualche esempio di “vita dura” (la loro gita scolastica potrebbero farla in Iraq in effetti). Per le pro-ana non c’è dubbio: una bella gita forzata a vedere prima le cliniche per i disturbi alimentari… e poi un’aula di tribunale e uno studio legale che dica loro quali sono i risvolti penali del promuovere contenuti pro-ana, in modo che siano ancora in tempo per smettere di scrivere boiate ed avere quindi il culo salvo! Magari è la volta che portano più rispetto alle persone che magari hanno veramente questi disturbi!

Ti saluto! ilventofraglialberi

7

Echi Sixties per Mod Collection. L’ispirazione arriva dai quartieri londinesi di Stepney e Shepherd’s Bush, dal movimento dei Mod e dal loro motto “adopt, adapt, improve” “adotta, adatta, migliora”. Un invito a saper scegliere, e a sapere piegare alle proprie esigenze, stili, oggetti e fatti culturali. Filtrate da un’interpretazione in chiave Brith, le icone dei Mod sono le attrici della Nouvelle Vague francese, donne libere e anticonformiste, il Made in Italy, nella moda come nel design, e la black music americana, raffinata e ricercata. La filosofia Mod si basa su un’estetica “sartoriale”. La ricerca è un’attitudine, e la cura minuziosa del dettaglio diventa cifra distintiva. Ed è stessa filosofia di Toni&Guy che apre il primo salone nel 1963, nel vivacissimo quartiere di Clapham, coniugando gusto italiano e tecnica anglosassone. In Mod Collection si ritrovano - adottate, adattate e migliorate - le geometrie del pixie cut di Jean Seberg e le linee morbide degli scooter italiani dell’epoca. Visioni glam con un’impronta estremamente moderna.

People these days...

I’m going to blog about my hatred about how some/most of the people act these days. Freedom of speech. Not pointing to any specific person. Sorry for the mean words. These are my opinions and thoughts only. Haters ‘gon hate. :P

I’m a second degree anti-conformist. Ugh. Nakakairita sila. They cause traffic. Shit. So it’s H&M’s opening yesterday right? And hanggang ngayon. May nakapila pa din. I mean, what the actual fuck? Buti sana kung magiging consistent kayo dyan. Yung ibang nandyan naman, andyan lang kasi bago. Like, they don’t even know what H&M is until yesterday (lol. Exaggerated lang siguro to. My point is recently lang nalaman kasi uso na) Nakakairita. Mas nakakairita pag pinagyabang pa na nakabili sila. See the word? Yabang. Hindi “ipopost” kasi. You can post what you buy naman. No one’s stopping you. Get my point? Ugh. Basta. Hirap iexplain. Haha. Ay puta kapag may nagyabang talaga saken ng tungkol sa H&M na yan. I’ll be like, “Anong pake ko? Bibili na rin ba ako?” Ganyan naman mostly ng tao ngayon. Sumosobra na yung pagsasabay sa uso. OA na. Parang nung F21 lang yan e. Daming tao nung bagong bukas. Ngayon bilang nalang. E yung nga. Naiirita lang ako kasi ang traffic kanina sa may mega. Imbis na within 10 minutes nasa dentist nako. Ang tagal puta. Dahil din yun sa 3-day sale ng mega e. -.-“

E yun nga. Damn. Pipili ka ng ganun kahaba. Para sa damit?! How materialistic! Oo. Shopping gives a bit of an emotional and psychological satisfaction. Pero ugh. It’s so annoying! Ningas cogon din. Ganyan lang yan talaga kasi simula pa e. Pero mawawala din yan. Another poit is, yung ibang stores nagsesale din. Pero bakit di pinipilahan? Oo. Bago nga kaya ganyan. Pero ang OA talaga e! Basta feeling ko naman hindi ganyan dati e. Wala naman akong naexperience na ganyan nung bata ako. Ugh. BAsta. Ang OA talaga ng reaction ng ibang tao sa opening ng H&M.

Disclaimer: Di ko sinisiraan H&M or SM. Read the context of my blog. It’s about how people are these days. Again, opinion ko lang to. Walang pinapatamaang tao. Swear.

image


Les fous, les marginaux, les rebelles, les anticonformistes, les dissidents… Tous ceux qui voient les choses différemment, qui ne respecte pas les règles . Vous pouvez les admirer ou les désapprouver, les glorifier ou les dénigrer. Mais vous ne pouvez pas les ignorer . Car ils changent les choses . Ils inventent, ils imagines, ils explorent. Ils créent, ils inspirents . Ils font avancer l’humanité. Là où certains voient que la folie, nous voyons du génie. Car seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent.
Le guide anticonformiste pour changer le monde - Technology Review

C’est Jon Gertner pour la Technology Review qui a été chargé de livrer la critique du livre que le célèbre investisseur libéral et libertarien Peter Thiel (Wikipedia) vient de publier, Zero to One. L’anticonformisme de Thiel est notoire, à l’image de son ONG qui offre chaque année à une poignée d’étudiants 100 000 dollars pour abandonner l’école et lancer une startup risquée. Thiel est tranchant. La plupart des startups ne devraient pas exister, estime celui qui cherche à ne financer que des projets qui n’ont aucune concurrence. Pour lui, le véritable objectif d’une startup est de devenir un monopole. Pour lui, seul les monopoles conduisent au progrès, à l’innovation. Qu’importe si cela limite les choix du consommateur… sans toujours créer d’innovations de grandes ampleur, à l’image de Microsoft. “Sa foi dans les forces amélioratrices du marché font que même une entreprise dans une position dominante (comme Microsoft) finira par être éclipsée par une société plus jeune et plus créative (comme Google). Le capitalisme, promet-il, a l’habitude de redresser les torts technologiques.”

Pour lui, les crises annoncées seront réglées par de nouvelles vagues d’entreprises qui sauront traiter le cancer ou fournir une énergie propre et pas cher. Qu’il suffit d’être ambitieux. Mais Thiel n’évoque pas le financement de la science ou de l’ingénierie. Les grandes entreprises, bureaucratiques, comme IBM, GE, Intel, Boeing ou Toyota n’ont-elles pas autant (voir plus) changé le monde que les monopoles des sociétés des nouvelles technologies que Thiel vénère ?

Hogan révèle ses rebels

Hogan révèle ses rebels

Hogan Rebel est la gamme anticonformiste et urbaine de la célèbre marque de vêtements Hogan.

Pour illustrer son esprit, Hogan Rebel a lancé une opération de brand content de grande envergure. Douze rebelles modernes, de Nick Fouquet (« chapelier fou » des temps modernes) aux militants pro-Polaroid de « the Impossible Project » ont pris la parole pour raconter leurs choix de vie et présenter leur…

View On WordPress

Journal d'une bizarre.

Personne bizarre: Personne anticonformiste n’ayant pas peur d’assumer ses gouts, ses choix originaux, d’être ce qu’elle est réellement, considérée alors comme “bizarre” par la majorité conformiste ne souhaitant pas essayer de comprendre ce qu’ils considèrent comme anormal.

Nouvelle journée de cours, nouvelle journée d’incompréhension. Je m’assied seule au banc dans le fond de la classe, comme a mon habitude, coté fenêtre pour me laisser rêver.

Mes camarades allant s’asseoir a leurs tours me regardent de la même manière que l’on observe une sauce au fromage oubliée sous l’armoire depuis deux mois. Je soupire tout bas. Et sors discrètement mon portable et mes écouteurs de mon sac cerceuil pour oublier la réalité, et m’écouter ma chanson de “The Candy Spooky Theater” favorite. Le nouveau prof remplacant vient d’arriver…NOUVEAU prof, donc prof qui ne nous connais pas. Mon cœur se serre, ma gorge se noue: il va probablement nous poser des tas de questions personnelle pour prendre connaissance. NON, pas probablement, certainement même. Les gens ordinaires n’ont pas idée de ce que ca fait de dévoiler son “anormalité” a la vue de tout le monde, de se sentir honteux de ce que l’on dit, alors que nous ne faisons que parler de ce que l’on est, de se faire dévisager et éviter à coup sûr. Et puis MERDE, j’en ai plus que marres de cacher ma personne, de devoir modifier mes réponses pour me montrer en parfaite petite collégienne, cette fois-ci, je dirai ce qu’il est, je serai sincère. Peut importe des réactions. Effectivement, le remplacant a confirmé mon hypothèse. pendant que mon voisin de devant répond sans gêne aux questions pour ensuite se faire oublier, mes poings se serrent, putain ce que je stresse pour des conneries. Mon tour est passé, j’ai cru qu’il durait une éternité. Quelques regards surpris se tournèrent vers moi, et suivit ensuite les paroles stupides du prof remplacant: Jeune fille, si cela est une blague, et bien elle n’est pas très drôle. Ggh…vraiment? Serais-je, avec ma gêne a avoir pris la parole, du genre a BLAGUER? Dieu ce que les gens peuvent être cons parfois. J’aurais presque oublié l’incident si je n’avais pas entendu cet élève marmonner “…quelle chose bizarre…pas l’approcher”. Car la, je me sentis révoltée, tellement en colère contre le genre humain. CHOSE? C’est donc comme cela que me voyent les autres? Mais au fond, ne se sont-il jamais demandés qui sont les plus humains? Eux, qui suivent aveuglément ce que la société leurs dit de faire, écoutent ce qu’il passe a la radio et s’habillent à la mode, sans se soucier une seconde de se chercher une identité, une personnalité propre? Vraiment, autant on peu encore me traiter de laide, stupide ou chiante, autant ne pas me considérer comme vivant a part entier m’insupporte: OUI, moi aussi j’ai des sentiments, moi aussi j’ai un objectif dans la vie, j’ai des regrets, des envies, des espérances, un besoin de reconnaissance; moi aussi je compte les minutes restantes avant de devoir me lever, moi aussi je râle sur ma mère lorsqu’elle me demande de ranger mes affaires, moi aussi je tâte mes cadeaux de Noël pour essayer de deviner de quoi il s’agit…On est tous pareils au fond, j’ai honte de la race humaine et ai en même temps envie d’en faire partie. …J’vais ptete pas continuer ct’histoire enfait x)

Il semble clair que le ton de ce projet sera le cynisme. 

Vient de Cyon : le chien, donc celui qui aboie et qui mord.

image

Le cynisme est une attitude face à la vie provenant d’une école philosophique de la Grèce antique, fondée par Antisthène, et connue principalement pour les propos et les actions spectaculaires de son disciple le plus célèbre, Diogène de Sinope. Cette école a tenté un renversement des valeurs dominantes du moment, enseignant la désinvolture et l’humilité aux grands et aux puissants de la Grèce antique. Radicalement antimatérialistes et anticonformistes, les Cyniques, et à leur tête Diogène, proposaient une autre pratique de la philosophie et de la vie en général, subversive et jubilatoire.

L’école cynique prône la vertu et la sagesse, qualités qu’on ne peut atteindre que par la liberté. Cette liberté, étape nécessaire à un état vertueux et non finalité en soi, se veut radicale face aux conventions communément admises, dans un souci constant de se rapprocher de la Nature.

Histoire : 

Le terme « cynisme » provient du grec ancien κύων / kuôn, qui signifie « chien », en référence à l’attitude d’Antisthène, inspirateur du cynisme, puis de celle de Diogène de Sinope, généralement considéré comme le premier véritable cynique ; Diogène de Sinope souhaitait être enterré « comme un chien ». Selon d’autres sources ce dernier « faisait ses discours dans un gymnase appelé Cynosarge, tout près des portes de la ville ».

Platon définissait Diogène de Sinope comme un Socrate devenu fou dont le but est de subvertir tout conformisme, tout modèle moral. Sa philosophie se traduit par des actes volontairement provocateurs. Ainsi, il aurait transgressé les fondements de la culture au point d’uriner et aboyer comme un chien ou de se masturber en public ; il n’hésitait pas à mendier, ne respectant aucune opinion admise et provoquant même les puissants. Le mouvement cynique, inscrit dans la société antique, se présente avant tout comme un modèle de contestation.

Le héros et modèle des philosophes cyniques est Héraclès, car c’est un héros qui ne se laisse influencer par personne, est libre et n’a pas d’attachement particulier. Le cynisme utilise ainsi beaucoup d’images et de modèles, dans le but de toucher toutes les classes de la population, sans se focaliser sur les élites intellectuelles. Cette école philosophique, peu appréciée de la tradition scolastique, académique et moderne, est surtout connue, par l’intermédiaire de Diogène Laërce, pour les petites anecdotes instructives décrivant, notamment, la manière de philosopher de Diogène de Sinope. Platon ayant défini l’homme comme un « bipède sans plumes », Diogène déclara à l’assistance en tenant un coq plumé au bout d’une laisse : « Voici l’homme de Platon ». À la suite de cet incident, Platon aurait ajouté à sa définition que l’homme avait « des ongles plats ».

Loin de s’encombrer de discours théoriques abstraits et pédants, Diogène et ses disciples pratiquaient une philosophie « concrète », particulièrement inconciliable avec l’idéalisme platonicien, jugé inutile et bien trop loin de la Vérité « matérielle » du monde pour être pris au sérieux. L’école cynique a été vivace durant toute l’Antiquité, de la Grèce jusqu’à Rome. Elle influença considérablement la morale stoïcienne qui développa à sa suite les notions de vie selon la nature, de l’indépendance du sage et de cosmopolitisme. Zénon de Cition, fondateur du stoïcisme, a en effet été disciple du cynique Cratès de Thèbes.

Principaux thèmes : 

-        L’autosuffisance

Au centre de la philosophie cynique se trouve l’idée d’autosuffisance. Le sage est celui qui est capable de se contenter du minimum, de manière à ne souffrir d’aucun manque et de pouvoir aisément faire face aux situations les plus difficiles.

Le sage cynique choisit donc de vivre dans l’abstinence, la frugalité. Il ne recherche aucune richesse, ni honneur, ni célébrité, ni privilège, il n’a pas de maison, il se contente des nourritures les plus simples et refuse tout ce qui ne lui semble pas absolument nécessaire ou utile.

Il se pare ainsi d’une simple besace et d’un unique manteau pour l’hiver et l’été. Il dort dans les temples. Il mendie sa pitance.

-        La voie la plus courte vers la vertu

 Face aux écoles philosophiques dispensant un apprentissage long et technique, le cynisme se présente comme « la voie la plus courte vers la vertu ». Pour les cyniques, le simple fait de survivre dans le dénuement suffit à devenir sage. Il n’y a pas de savoir technique supplémentaire nécessaire.

« Un homme lui amena un jour son enfant, et le présenta comme très intelligent et d’excellentes mœurs. “Il n’a donc pas besoin de moi” » répondit-il.

Les philosophes de l’école cynique se refuseront toujours aux grands discours, préférant les maximes sibyllines et ironiques, l’efficacité du quotidien, la preuve par le fait et non par la parole. En d’autres termes, la vérité éthique, démontrée par l’expérience et non les vérités théoriques résultant de systèmes complexes.

La philosophie cynique a pour but la sagesse, une éthique de vie. Selon Antisthène, aucun discours n’a de valeur, aucune étude ni savoir. Cependant il soutient, à la suite de Socrate, que la vertu s’enseigne. Seules comptent la sagesse et la vertu, double finalité de la philosophie cynique. Une fois cette vertu atteinte, le philosophe peut se considérer comme libre, car vivant dans l’atuphia, l’« absence de vanité » et l’ataraxie.

-        Nature, universalité et cosmopolitisme

Le modèle du cynisme est l’animal. La société est perçue comme corruptrice et changeante, là où la nature est vertueuse et universelle. Diogène se revendique ainsi cosmopolite, c’est-à-dire citoyen du monde. Son souci est de vivre selon des règles de vertu universelles.

Les armes du cynique sont la transgression, l’ironie et le quotidien de façon plus générale. En transgressant tous les interdits, le cynique peut démontrer qu’aucune des règles sociales n’est essentielle, et que seule compte l’éthique naturelle, universelle : la vertu.

Sens contemporain :

Au sens contemporain, le cynisme est une attitude ou un état d’esprit caractérisé par une faible confiance dans les motifs ou les justifications apparentes d’autrui, ou un manque de foi ou d’espoir dans l’humanité. Il est parfois considéré comme une forme de lassitude fatiguée, mais aussi comme un mode de critique ou de scepticisme réaliste.

Text
Photo
Quote
Link
Chat
Audio
Video