adonne

2

Zoé Oldenbourg 1916-2002 (photo auteur inconnu )

Romancière et historienne française d'origine russe. Arrivée à Paris en 1925 avec sa famille fuyant la révolution soviétique, Zoé Oldenbourg s'adonne à la poésie dès l'âge de douze ans. Elle pratique également la peinture et goûte même à la théologie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle devient médiéviste en autodidacte.

 En 1946, elle publie son premier roman, Argile et cendres, qui ne passe pas inaperçu aux yeux des professionnels. Lorsque le prix Femina – dont elle sera membre du jury de 1961 à 1996 – récompense en 1953 La Pierre angulaire, s'ouvre pour elle une série de romans historiques médiévaux, dont Les Irréductibles (1958) et La Joie des pauvres (1970).

 La pierre angulaire :extrait 

C'était un homme très endurant à la souffrance.
Il y avait bien un mois qu'il avait quitté sa maison, mais il savait si bien l'avoir quitté pour toujours que le temps s'était arrêté pour lui. Il croyait marcher ainsi, seul, dans cette neige qui l'aveuglait, depuis des siècles, et jamais il n'avait eu d'autre vie.

 Vous ne me reverrez ni vivante ni morte. Et les corbeaux criaient la grande faim de la forêt.

Je veux profiter du temps (enfin) libre des vacances pour m’adonner à un GROS projet

Gros projet qui aura un blog attitré ! Bientôt mis en ligne :) 

à suivre…

#ConseilErochic - #PlaisirAnalNouvelle édition du second best-seller de Tabou. Cet ouvrage est l’unique ouvrage sur le sujet destiné aux hommes qu’ils soient «donneur» ou «receveur».

Ce guide démythifie depuis 2006 une pratique sexuelle qui s’étend bien au-delà de la sphère gay car nombre de couples hétérosexuels s’y adonnent ou souhaiteraient s’y adonner. Sans retenue, ni faux-semblants, Bill Brent expose les mécanismes du plaisir anal pour en faire une fête de sensualité et de douceur sans pontifier ou moraliser.

• Les mythes et les mensonges sur plaisir anal

• Guide clair et détaillé de l’anatomie de l’homme et de la femme

• Comment donner analement du plaisir à une femme ou à un homme

• Comment recevoir analement du plaisir lorsqu’on est un homme

• Préparation, hygiène, sécurité : tout ce qu’il faut savoir

• Choisir et trouver ses accessoires pour un plus grand plaisir

• Les jeux extrêmes : fisting, SM, jeux de rôles, traves- tisme…

Un guide complet, étape par étape, pour une découverte en toute sécurité.


(via Le guide Tabou du Plaisir anal pour lui - Tabou Editions)

Chacun dans notre chambre on a dû s'adonner à une branlette et s'endormir. http://dlvr.it/9kTNF5
La journée avait été longue pour moi et je n'ai jamais abusé de quelqu'un, et prendre son cul alors qu'il était ivre m'aurait donné cette impression.
Lendemain matin, levé à 07h, je suis allé chercher le pain et les croissants, et une fois tout ça déposer sur la table de la cuisine, je suis parti m'occuper de la piscine comme chaque matin.
Torse nu, en maillot de bain, j'ai retiré toutes les feuilles de la piscine. Une fois terminé j'ai fait quelques longueurs.
Gaël est apparu en caleçon, torse nu aussi avec un plateau de petit déj qu'il déposa sur la table de la terrasse.
Il vint me saluer et me demanda de me joindre à lui.
Je suis sorti et il m'a passé une serviette, il avait un peu l'air gêné.
J'ai engagé la conversation en lui disant que ce qui s'était passé hier n'était pas grave et que j'oublierai sans problème.
Il sourit, et fut d'accord. On a pris le petit déjeuner ensemble et parlait de tout et de rien.
Une fois fini, il se leva et se dirigea vers la piscine. Il enleva son caleçon et plongea directement. Il était beau et le voir nagé nu réveilla mes envies.

D'ailleurs mon maillot ne pouvait pas contenir mon excitation. Je me suis dirigé vers ma petite maison pour cacher ça.
Je me suis mis sous la douche et j'ai commencé à me branler.
J'avais trop envie de baiser, alors je me suis allongé sur mon lit et je me suis frotté contre les draps. J'étais en train de penser à ce cul si beau et ce corps si près et avec qui je n'avais rien fait.
J'ai senti une langue se poser sur mes fesses et chercher mon trou. Je ne me suis pas retourné et j'ai relevé mes fesses. La langue s'est introduite dans mon petit trou me procurant mille plaisirs. Elle descendit sur mes couilles et tira ma queue en arrière pour la gober. Une pipe s'engagea et elle était divine.
Je me suis retourné et j'ai attiré Gaël sur moi on s'est embrassé et nos corps se frottaient. Il gémissait mais pas comme une passive en chaleur, comme un vrai mec qui prend du plaisir et j'adorais ça.
Je suis placé au-dessus de sa queue et je l'ai sucé, il appréciait ça se voyait.
Il reprit une pipe et vint ensuite se plaçait au-dessus de ma queue. Mon gland buta plusieurs fois avant de percer son intimité et il ne put s'empêcher un râle de douleur et de plaisir. Ma queue s'introduit lentement dans ses entrailles et il stoppa. Une fois habitué il commença à monter et descendre sur mon zob.
Je l'ai renversé sur le dos et je l'ai pilonné. Il criait et c'était trop bon de le voir prendre autant de plaisir. Je sentais mon sperme monter et sans que je le touche, j'ai vu le sien sortir en 6 longs jets bien épais sur mes abdos et mon ventre.
Le mien sortit et inonda ses entrailles. On était bien.
On s'est un peu nettoyé et l'on s'est recouché.
On a remis ça à plusieurs reprises, jusqu'à ce que sa copine le rejoigne….
Ça n'a pas stoppé nos envies et d'ailleurs sa copine n'était pas indifférente à mes atouts, mais ça c'est une autre histoire…

Kabako : cette politicienne a été surprise en pleine pratique mystique pour gagner les élections

Bientôt ce sont les élections. Et l’on sait qu’à cette période beaucoup de choses se passent. Sinon des politiciens s’adonnent à des pratiques peu recommandables pour la conquête du pouvoir. Comme cette dame au Nigéria.

Une photo d’une dame en course pour la gouvernance de l’Etat de Ikorodu au Nigéria suscite beaucoup de commentaires sur la toile. Selon nos informations, il s’agirait de Mme Munirat Adedoyin, ancienne vice-présidente de l’état de Ikorodu. Sur la photo en question, elle est en pleine pratique d’un rituel mysthique avec un enfant. Et cette photo a surpris plus d’un au Nigéria et particulièrement les populations de Ikorodu. Les images montrent un enfant avec les yeux bandés et l’ex vice-présidente avec un couteau en main prête à terminer son cérémonial.

Actuellement en campagne pour briguer la présidence de l’état de Ikorodu, Mme Adedoyin est en mauvaise posture avec la publication de cette photo sur la toile, montrant ces pratiques malsaines.



from WordPress http://ift.tt/1HgfDFZ
Kabako : cette politicienne a été surprise en pleine pratique mystique pour gagner les élections

Bientôt ce sont les élections. Et l’on sait qu’à cette période beaucoup de choses se passent. Sinon des politiciens s’adonnent à des pratiques peu recommandables pour la conquête du pouvoir. Comme cette dame au Nigéria.

Une photo d’une dame en course pour la gouvernance de l’Etat de Ikorodu au Nigéria suscite beaucoup de commentaires sur la toile. Selon nos informations, il s’agirait de Mme Munirat Adedoyin, ancienne vice-présidente de l’état de Ikorodu. Sur la photo en question, elle est en pleine pratique d’un rituel mysthique avec un enfant. Et cette photo a surpris plus d’un au Nigéria et particulièrement les populations de Ikorodu. Les images montrent un enfant avec les yeux bandés et l’ex vice-présidente avec un couteau en main prête à terminer son cérémonial.

Actuellement en campagne pour briguer la présidence de l’état de Ikorodu, Mme Adedoyin est en mauvaise posture avec la publication de cette photo sur la toile, montrant ces pratiques malsaines.



from WordPress http://ift.tt/1Pw8xa9
via IFTTT

effectuer l’acquisition d’une auto neuve ou d’occasion http://equipe-promo.com/loisirs/effectuer-lacquisition-dune-auto-neuve-ou-doccasion Habiter dans la ville inclut qu‘il nous faut posséder une auto pour rendre plus aisés nos déplacements au quotidien. Il est effectivement une réelle nécessité que d’acquérir une voiture. Il nous faut par contre bien y réfléchir avant de s’adonner à un achat, car ce n’est pas une chose à faire à la légère. De […]

Pour mettre fin au cycle de violence actuel et assurer la poursuite du processus de paix : Mongi Hamdi propose une feuille de route aux parties prenantes

La signature de l’accord de paix et la Réconciliation nationale, ni avant l’évènement, ni pendant, ni après, n’a permis d’atténuer la tension entre les belligérants, qui embrase le nord du Mali. Les groupes armés pro-gouvernementaux et rebelles s’adonnent à de violents affrontements, pour le contrôle des zones stratégiques. Le 27 avril, le Gatia a pris le contrôle de Ménaka, chassant le Mnla. Celui-ci contrôlait la ville de Ménaka depuis la bataille de Kidal du 21 mai, consécutive à la visite catastrophique de Moussa Mara à Kidal, obligeant le gouvernement à signer un cessez le feu de reddition le 23 mai. Voyant plutôt la libération de Ménaka que la violation du cessez le feu, le Gatia mettra son pied dans le plat à Menaka, le 27 avril, entrainant une recrudescence de la violence, partout, à Léré, Diré, Goundam, Almoustarat, Bambara Maoudé, Tonka etc… Pour mettre fin à ce cycle de violence et assurer la poursuite du processus de paix, le Représentant Spécial du Secrétaire Général et le Chef de la Minusma, Mongi Hamdi, a présenté une feuille de route aux parties prenantes, selon un communiqué de la mission onusienne à Bamako. Ainsi, en réponse à la situation de recrudescence de la violence dans plusieurs localités des régions du nord du Mali, la Minusma entend intensifier ses efforts pour restaurer le calme, note le communiqué. La Minusma a « intensifié son action ainsi que ses contacts avec toutes les parties prenantes pour parvenir à restaurer le calme et faire avancer le processus de paix », indique le communiqué.


Vers un nouvel accord
La feuille de route proposée présente deux grands points. Le premier consiste à « assurer une cessation des hostilités sur le territoire du Mali qui comprend des arrangements sur Ménaka selon lesquels la Plateforme se retire, et la Minusma prend temporairement en charge la sécurisation de la ville et de sa population ». Une rencontre devra se tenir pour sceller un accord à ce sujet, après une réunion du Comité Technique Mixte de Sécurité.
Le deuxième point de la feuille de route de Hamdi consiste à «organiser des discussions entre le Gouvernement malien et la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) tout de suite après la conclusion de l’accord de cessez-le-feu au sujet des modalités de mise en œuvre de l’Accord de Paix et de Réconciliation Nationale, et pour clarifier les observations respectives des parties au sujet de cet Accord ».
La Minusma souligne qu’elle concentre ses efforts en coopération étroite avec la Médiation Internationale, et en tant que partenaire impartial de tous les Maliens pour faire avancer le processus de paix et pour protéger la population civile contre toute menace et répercussions, directes ou indirectes, résultants de la poursuite de la violence et des tensions, poursuit le communiqué.
Selon la Minusma, des manifestations se tiennent à Kidal depuis quelques jours. Elle souligne que tout en respectant le droit fondamental à la liberté d’expression et de rassemblement, elle appelle les organisateurs à assumer leur responsabilité d’assurer le déroulement pacifique des manifestations. La Minusma les appelle en outre à s’abstenir de tout acte d’intimidation ou de violence à l’égard du personnel de la Mission et de mettre la sécurité des civils en péril. Elle prévient que de tels actes constituent des crimes graves au regard du droit international applicable dont les instigateurs et responsables rendront compte.
Par ailleurs, la Minusma relève que « les actions entreprises pour empêcher la circulation de son personnel dans la ville de Kidal affectent sa capacité de fournir du carburant pour alimenter les générateurs électriques de la ville, ce qui a un impact négatif direct sur la population qui demeure privée d’électricité. Ces actions empêchent également la Minusma de continuer ses travaux d’aménagement de la piste d’atterrissage et mettent en péril tous les initiatives de stabilisation de la Mission et les efforts humanitaires en cours », avertit le communiqué.
Recrudescence
Le 18 mai, des hommes armés ont attaqué un point de contrôle FAMA sur l’axe Tombouctou-Douentza. Trois soldats des Forces Armées Maliennes ont été tués, un autre ainsi qu’un civil ont été blessés durant cette attaque. A la même date, précise la Minusma, une dizaine d’hommes armés ont fait irruption dans le village de Zorho Djinde. Les villageois ayant fui avant l’arrivée des assaillants, aucune victime n’est à déplorer. Cinq maisons et huit tonnes de céréales ont été brûlées. Le 17 mai, des hommes armés ont blessé par balles deux habitants dans le village de Tamachkoyt (commune de Tonka). Le 16 mai, dans les environs de Almoustarat (région de Gao), un véhicule-suicide a attaqué un convoi de la Minusma, un blessé léger est à déplorer.
Face à cette recrudescence de violence, la Minusma rappelle « l’impérieuse nécessité du maintien du cessez-le-feu au Mali et met tout en œuvre pour assurer la protection des populations civiles dans la limite de ses capacités. Comme déjà annoncé à plusieurs reprises par le Conseil de sécurité, les responsables de ces violations devront répondre de leurs actions et s’exposent à des sanctions », précise la mission onusienne au Mali.
B. Daou

Source: Lerepublicainmali



from WordPress http://ift.tt/1HrwXdR
Pour mettre fin au cycle de violence actuel et assurer la poursuite du processus de paix : Mongi Hamdi propose une feuille de route aux parties prenantes

La signature de l’accord de paix et la Réconciliation nationale, ni avant l’évènement, ni pendant, ni après, n’a permis d’atténuer la tension entre les belligérants, qui embrase le nord du Mali. Les groupes armés pro-gouvernementaux et rebelles s’adonnent à de violents affrontements, pour le contrôle des zones stratégiques. Le 27 avril, le Gatia a pris le contrôle de Ménaka, chassant le Mnla. Celui-ci contrôlait la ville de Ménaka depuis la bataille de Kidal du 21 mai, consécutive à la visite catastrophique de Moussa Mara à Kidal, obligeant le gouvernement à signer un cessez le feu de reddition le 23 mai. Voyant plutôt la libération de Ménaka que la violation du cessez le feu, le Gatia mettra son pied dans le plat à Menaka, le 27 avril, entrainant une recrudescence de la violence, partout, à Léré, Diré, Goundam, Almoustarat, Bambara Maoudé, Tonka etc… Pour mettre fin à ce cycle de violence et assurer la poursuite du processus de paix, le Représentant Spécial du Secrétaire Général et le Chef de la Minusma, Mongi Hamdi, a présenté une feuille de route aux parties prenantes, selon un communiqué de la mission onusienne à Bamako. Ainsi, en réponse à la situation de recrudescence de la violence dans plusieurs localités des régions du nord du Mali, la Minusma entend intensifier ses efforts pour restaurer le calme, note le communiqué. La Minusma a « intensifié son action ainsi que ses contacts avec toutes les parties prenantes pour parvenir à restaurer le calme et faire avancer le processus de paix », indique le communiqué.


Vers un nouvel accord
La feuille de route proposée présente deux grands points. Le premier consiste à « assurer une cessation des hostilités sur le territoire du Mali qui comprend des arrangements sur Ménaka selon lesquels la Plateforme se retire, et la Minusma prend temporairement en charge la sécurisation de la ville et de sa population ». Une rencontre devra se tenir pour sceller un accord à ce sujet, après une réunion du Comité Technique Mixte de Sécurité.
Le deuxième point de la feuille de route de Hamdi consiste à «organiser des discussions entre le Gouvernement malien et la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) tout de suite après la conclusion de l’accord de cessez-le-feu au sujet des modalités de mise en œuvre de l’Accord de Paix et de Réconciliation Nationale, et pour clarifier les observations respectives des parties au sujet de cet Accord ».
La Minusma souligne qu’elle concentre ses efforts en coopération étroite avec la Médiation Internationale, et en tant que partenaire impartial de tous les Maliens pour faire avancer le processus de paix et pour protéger la population civile contre toute menace et répercussions, directes ou indirectes, résultants de la poursuite de la violence et des tensions, poursuit le communiqué.
Selon la Minusma, des manifestations se tiennent à Kidal depuis quelques jours. Elle souligne que tout en respectant le droit fondamental à la liberté d’expression et de rassemblement, elle appelle les organisateurs à assumer leur responsabilité d’assurer le déroulement pacifique des manifestations. La Minusma les appelle en outre à s’abstenir de tout acte d’intimidation ou de violence à l’égard du personnel de la Mission et de mettre la sécurité des civils en péril. Elle prévient que de tels actes constituent des crimes graves au regard du droit international applicable dont les instigateurs et responsables rendront compte.
Par ailleurs, la Minusma relève que « les actions entreprises pour empêcher la circulation de son personnel dans la ville de Kidal affectent sa capacité de fournir du carburant pour alimenter les générateurs électriques de la ville, ce qui a un impact négatif direct sur la population qui demeure privée d’électricité. Ces actions empêchent également la Minusma de continuer ses travaux d’aménagement de la piste d’atterrissage et mettent en péril tous les initiatives de stabilisation de la Mission et les efforts humanitaires en cours », avertit le communiqué.
Recrudescence
Le 18 mai, des hommes armés ont attaqué un point de contrôle FAMA sur l’axe Tombouctou-Douentza. Trois soldats des Forces Armées Maliennes ont été tués, un autre ainsi qu’un civil ont été blessés durant cette attaque. A la même date, précise la Minusma, une dizaine d’hommes armés ont fait irruption dans le village de Zorho Djinde. Les villageois ayant fui avant l’arrivée des assaillants, aucune victime n’est à déplorer. Cinq maisons et huit tonnes de céréales ont été brûlées. Le 17 mai, des hommes armés ont blessé par balles deux habitants dans le village de Tamachkoyt (commune de Tonka). Le 16 mai, dans les environs de Almoustarat (région de Gao), un véhicule-suicide a attaqué un convoi de la Minusma, un blessé léger est à déplorer.
Face à cette recrudescence de violence, la Minusma rappelle « l’impérieuse nécessité du maintien du cessez-le-feu au Mali et met tout en œuvre pour assurer la protection des populations civiles dans la limite de ses capacités. Comme déjà annoncé à plusieurs reprises par le Conseil de sécurité, les responsables de ces violations devront répondre de leurs actions et s’exposent à des sanctions », précise la mission onusienne au Mali.
B. Daou

Source: Lerepublicainmali



from WordPress http://ift.tt/1HtodXt
via IFTTT

effectuer l’acquisition d’une auto neuve ou d’occasion http://equipe-promo.com/loisirs/effectuer-lacquisition-dune-auto-neuve-ou-doccasion Habiter dans la ville inclut qu‘il nous faut posséder une auto pour rendre plus aisés nos déplacements au quotidien. Il est effectivement une réelle nécessité que d’acquérir une voiture. Il nous faut par contre bien y réfléchir avant de s’adonner à un achat, car ce n’est pas une chose à faire à la légère. De […]

Pour mettre fin au cycle de violence actuel et assurer la poursuite du processus de paix : Mongi Hamdi propose une feuille de route aux parties prenantes

La signature de l’accord de paix et la Réconciliation nationale, ni avant l’évènement, ni pendant, ni après, n’a permis d’atténuer la tension entre les belligérants, qui embrase le nord du Mali. Les groupes armés pro-gouvernementaux et rebelles s’adonnent à de violents affrontements, pour le contrôle des zones stratégiques. Le 27 avril, le Gatia a pris le contrôle de Ménaka, chassant le Mnla. Celui-ci contrôlait la ville de Ménaka depuis la bataille de Kidal du 21 mai, consécutive à la visite catastrophique de Moussa Mara à Kidal, obligeant le gouvernement à signer un cessez le feu de reddition le 23 mai. Voyant plutôt la libération de Ménaka que la violation du cessez le feu, le Gatia mettra son pied dans le plat à Menaka, le 27 avril, entrainant une recrudescence de la violence, partout, à Léré, Diré, Goundam, Almoustarat, Bambara Maoudé, Tonka etc… Pour mettre fin à ce cycle de violence et assurer la poursuite du processus de paix, le Représentant Spécial du Secrétaire Général et le Chef de la Minusma, Mongi Hamdi, a présenté une feuille de route aux parties prenantes, selon un communiqué de la mission onusienne à Bamako. Ainsi, en réponse à la situation de recrudescence de la violence dans plusieurs localités des régions du nord du Mali, la Minusma entend intensifier ses efforts pour restaurer le calme, note le communiqué. La Minusma a « intensifié son action ainsi que ses contacts avec toutes les parties prenantes pour parvenir à restaurer le calme et faire avancer le processus de paix », indique le communiqué.


Vers un nouvel accord
La feuille de route proposée présente deux grands points. Le premier consiste à « assurer une cessation des hostilités sur le territoire du Mali qui comprend des arrangements sur Ménaka selon lesquels la Plateforme se retire, et la Minusma prend temporairement en charge la sécurisation de la ville et de sa population ». Une rencontre devra se tenir pour sceller un accord à ce sujet, après une réunion du Comité Technique Mixte de Sécurité.
Le deuxième point de la feuille de route de Hamdi consiste à «organiser des discussions entre le Gouvernement malien et la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) tout de suite après la conclusion de l’accord de cessez-le-feu au sujet des modalités de mise en œuvre de l’Accord de Paix et de Réconciliation Nationale, et pour clarifier les observations respectives des parties au sujet de cet Accord ».
La Minusma souligne qu’elle concentre ses efforts en coopération étroite avec la Médiation Internationale, et en tant que partenaire impartial de tous les Maliens pour faire avancer le processus de paix et pour protéger la population civile contre toute menace et répercussions, directes ou indirectes, résultants de la poursuite de la violence et des tensions, poursuit le communiqué.
Selon la Minusma, des manifestations se tiennent à Kidal depuis quelques jours. Elle souligne que tout en respectant le droit fondamental à la liberté d’expression et de rassemblement, elle appelle les organisateurs à assumer leur responsabilité d’assurer le déroulement pacifique des manifestations. La Minusma les appelle en outre à s’abstenir de tout acte d’intimidation ou de violence à l’égard du personnel de la Mission et de mettre la sécurité des civils en péril. Elle prévient que de tels actes constituent des crimes graves au regard du droit international applicable dont les instigateurs et responsables rendront compte.
Par ailleurs, la Minusma relève que « les actions entreprises pour empêcher la circulation de son personnel dans la ville de Kidal affectent sa capacité de fournir du carburant pour alimenter les générateurs électriques de la ville, ce qui a un impact négatif direct sur la population qui demeure privée d’électricité. Ces actions empêchent également la Minusma de continuer ses travaux d’aménagement de la piste d’atterrissage et mettent en péril tous les initiatives de stabilisation de la Mission et les efforts humanitaires en cours », avertit le communiqué.
Recrudescence
Le 18 mai, des hommes armés ont attaqué un point de contrôle FAMA sur l’axe Tombouctou-Douentza. Trois soldats des Forces Armées Maliennes ont été tués, un autre ainsi qu’un civil ont été blessés durant cette attaque. A la même date, précise la Minusma, une dizaine d’hommes armés ont fait irruption dans le village de Zorho Djinde. Les villageois ayant fui avant l’arrivée des assaillants, aucune victime n’est à déplorer. Cinq maisons et huit tonnes de céréales ont été brûlées. Le 17 mai, des hommes armés ont blessé par balles deux habitants dans le village de Tamachkoyt (commune de Tonka). Le 16 mai, dans les environs de Almoustarat (région de Gao), un véhicule-suicide a attaqué un convoi de la Minusma, un blessé léger est à déplorer.
Face à cette recrudescence de violence, la Minusma rappelle « l’impérieuse nécessité du maintien du cessez-le-feu au Mali et met tout en œuvre pour assurer la protection des populations civiles dans la limite de ses capacités. Comme déjà annoncé à plusieurs reprises par le Conseil de sécurité, les responsables de ces violations devront répondre de leurs actions et s’exposent à des sanctions », précise la mission onusienne au Mali.
B. Daou

Source: Lerepublicainmali



from WordPress http://ift.tt/1HtodXn
via IFTTT
Jean-Luc Lahaye condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineure

Le chanteur de 62 ans était poursuivi pour avoir demandé à une jeune fille de moins de 15 ans de s'adonner à des jeux sexuels par webcam interposée.








via My Google Webclips http://ift.tt/1JsKjZs

Jean-Luc Lahaye : Condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineure

Jean-Luc Lahaye vient d’être condamné à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris, ce lundi 18 mai 2015. Le chanteur ex-membre de la tournée Stars 80 était poursuivi pour avoir demandé à une mineure, de 15 ans, de “s’adonner à des jeux sexuels par webcam interposée”. L’interprète de Femme que j’aime était également poursuivi pour “détention d'images pornographiques représentant des mineurs”. Ces accusations ont valu à Jean-Luc Lahaye, bon nombre de réactions sur Twitter, avec des commentaires parfois de mauvais goût et de l'humour.

Mi-février 2015, Jean-Luc Lahaye avait déclaré au Parisien, être victime d’un “acharnement” et “ne pas être responsable”. Pour sa défense, le chanteur avait expliqué à cette même période : “Une fan m'a envoyé en 2013 des photos d'elle "olé olé” sur ma messagerie Facebook. Cette fille, que je connais bien et qui est montée une fois sur scène avec moi, avait 15 ans quand elle m'a envoyé ces photos, mais elle disait avoir 18 ans.“

Rappelons que Jean-Luc Lahaye avait été condamné en 2007 à 10 000 euros d’amende, soupçonné d’avoir eu des rapports sexuels avec une fille mineure, bien qu’il s’en soit toujours défendu. Mais en novembre 2014, en interview pour Le Figaro, le chanteur avait confié : "Oui, je préfère les jeunes. Je me vois mal tenir la main d'une femme de mon âge dans la rue ou coucher avec. (…) j'ai une certaine attirance pour les plus jeunes.”

Tous les articles de Staragora.
Toute reproduction interdite sans la mention Staragora.com.
Contenu original : http://ift.tt/1Aadij4Suivez les stars de l'actu : Nicolas Sarkozy, Selena Gomez, Katy Perry



from Les infos marquantes de staragora http://ift.tt/1Aadij4
Jean-Luc Lahaye condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineure

Le chanteur de 62 ans était poursuivi pour avoir demandé à une jeune fille de moins de 15 ans de s'adonner à des jeux sexuels par webcam interposée.








via My Google Webclips http://ift.tt/1JsKjZs

Section Rpm de Sikasso : L’agissement maladroit de mauvais perdants

Depuis le renouvellement de la section RPM de Sikasso, le 22 mars 2015 rien ne va plus entre certains cadres et militants. A bien analyser la situation, on se rend compte que tout tourne autour du refus de certains cadres et militants venus d’ailleurs ( CODEM, ADEMA, FARES ) d’admettre leur échec.

 

Consécutivement à cela, par jalousie envers les victorieux, ils s’agitent, contestent le bureau qu’ils finirent par attaquer en justice. Ceux qui s’adonnent à cette pratique ne sont d’ailleurs pas de « Rpmistes » pur sang. Ceux qui s’opposent à l’arrivée du maire de la ville de Sikasso Mamadou Tangara au RPM comme premier secrétaire général adjoint de la section, sont eux aussi venus au RPM à la faveur de l’élection d’IBK comme président de la République.

L’honorable Guediouma a été élu sur la liste des FARES. Bakary Diarra, pharmacien, cet ancien de l’Adema était méconnu par la section ; aux dires de certains, c’est à la faveur du coup d’état de 2012 qu’il rallie le parti RPM. Ces jusqu’au boutisses  ne reculent devant aucune situation. Leur objectif fondamental, c’est de faire main basse sur la section et se faire à tout prix une place au soleil à l’occasion des élections à venir. L’objectif visé, c’est la mairie de la commune urbaine de Sikasso où il y a à boire et à manger.

Du début de leur contestation à ce jour, ils sont en train de poser des actes qui ne les honorent pas. Pire, après avoir contourné délibérément les instances de conciliation et d’arbitrage du parti, ils n’ont eu d’autres idées que d’attaquer en justice le bureau légalement mis en place sous l’égide du représentant du bureau politique national et d’un huissier. Ils se font sans doute des illusions, espérant que les dissensions au sein d’un parti politique seront gérées par la justice. Leur attitude n’est autre que l’agissement maladroit de mauvais perdants. Ils ont tout intérêt à retourner au sein du parti pour s’entendre avec les siens dans le souci de la cohésion du parti afin de ne pas compromettre ses chances aux élections qui se profilent à l’horizon. Somme toute, leur comportement est l’expression d’une jalousie mal placée de laquelle ils ne tireront que davantage de déception.

Nanportio

source : Le Pouce



from WordPress http://ift.tt/1LcxTny