Les-Naufrages

Dis ma belle dame brune quand reviendras-tu nous chanter tes belles mélodies  ?
Vous êtes pas marrants, mon vieux Léo est parti, Brassens, Brel aussi, Régianni, Moustaki il y pas très longtemps, tant d’autres, et toi aussi qui était notre plus belle histoire d’amour…

*

http://www.musictory.fr/musique/Barbara/Dis%2C+Quand+Reviendras-tu+%3F

*

Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,

Voilà combien de temps que tu es reparti,

Tu m'as dit cette fois, c'est le dernier voyage,

Pour nos coeurs déchirés, c'est le dernier naufrage,

Au printemps, tu verras, je serai de retour,

Le printemps, c'est joli pour se parler d'amour,

Nous irons voir ensemble les jardins refleuris,

Et déambulerons dans les rues de

Paris

*

Dis, quand reviendras-tu,

Dis, au moins le sais-tu,

Que tout le temps qui passe,

Ne se rattrape guère,

Que tout le temps perdu,

Ne se rattrape plus,

*

Le printemps s'est enfui depuis longtemps déjà,

Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois,

A voir Paris si beau dans cette fin d'automne,

Soudain je m'alanguis, je rêve, je frissonne,

Je tangue, je chavire, et comme la rengaine,

Je vais, je viens, je vire, je tourne, je me traîne,

Ton image me hante, je te parle tout bas,

Et j'ai le mal d'amour, et j'ai le mal de toi,

*

Dis, quand reviendras-tu,

Dis, au moins le sais-tu,

Que tout le temps qui passe,

Ne se rattrape guère,

Que tout le temps perdu,

Ne se rattrape plus,

*

J'ai beau t'aimer encore, j'ai beau t'aimer toujours,

J'ai beau n'aimer que toi, j'ai beau t'aimer d'amour,

Si tu ne comprends pas qu'il te faut revenir,

Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs,

Je reprendrai la route, le monde m'émerveille,

J'irai me réchauffer à un autre soleil,

Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin,

Je n'ai pas la vertu des femmes de marins,

*

Dis, mais quand reviendras-tu,

Dis, au moins le sais-tu,

Que tout le temps qui passe,

Ne se rattrape guère,

Que tout le temps perdu,

Ne se rattrape plus…

*

BARBARA…

DIS QUAND REVIENDRAS - TU ???

*

Relais d’écriture musique émotion et poésie :

Les poésies du poly.

Naufrages en Méditerranée

Les gens, je vous recopie cet article du Canard Enchainé parce que je pense qu'en matière d'immigration on est juste totalement sous informés.

Europe, Terre d'Ecueil

Erik Emptaz, Le Canard Enchainé, Mercredi 22 Avril 2015

800 noyés c'est, selon le Haut Commissariat pour les réfugiés, le dernier bilan du naufrage d'un chalutier hors d'âge au large de la Libye, dans la nuit du 18 au 19 avril. 800 disparus qui viennent s'ajouter aux 400 d'un autre bateau le 12 avril, dans les mêmes eaux. 1200 morts, c'est à dire en nombre de victimes, de 8 Airbus de Germanwings en moins d'une semaine.
A ce stade, la rude loi du mort par kilomètre, qui veut que, plus la distance est grande, plus la victime est désincarnée a du mal à s'appliquer. Et on peut d'autant moins refuser de voir que ces rivages sont à nos portes. Comme à celles de tous les pays européens qui, jusque là, entre deux drames, s'accommodaient sans trop d'états d'âme de l'alignement inhumain des chiffres de ces damnés de la mer venus d'Erythrée, de Syrie, d'Irak, de Somalie, du Soudan et qui, dans le meilleur des cas, se retrouvaient rescapés dans le port de Lampedusa. Chacun laissait à l'Italie le soin de s'en occuper avec son plan “Mare Nostrum” à 9 millions d'euros par mois (à ses frais). Les Européens s'offraient même le luxe de critiquer ce système et l'ampleur de ses moyens en l'accusant d'avoir des effets pervers. Notamment celui d'inciter les passeurs à envoyer plus de bateaux avec l'assurance qu'en cas de naufrage le sauvetage serait assuré. Fin 2014, les italiens ont mis un terme à Mare Nostrum. Et, avec l'opération “Triton”, l'Union Européenne a sous traité le travail de surveillance des frontières à son agence, Frontex, une mission à tonalité beaucoup plus sécuritaire. Trois fois moins de moyens financiers, moins d'hommes, moins de bâteaux et un rayon d'action de 30 milles nautiques au lieu de 170 pour Mare Nostrum. La surveillance devant primer sur le sauvetage.

Résultat, alors que de 2014 à 2015 entre janvier et avril, les arrivées de migrants sont restées du même ordre, le nombre des victimes sur ces 4 premiers mois de l'année est passé de 90 à près de 1600. Cherchez l'horreur!

Dans l'émotion, les moyens attribués à Triton viennent d'être doublés. Et l'Union Européenne qui se réunit ce jeudi a ressorti beaucoup des mêmes grands mots et les mêmes petits moyens qu'au lendemain de la première catastrophe de ce type, qui avait causé la mort de 366 migrants, en 2013, au large de Lampedusa. Chacun se bouscule pour dire à quel point il est “bouleversé”, pour rappeler “l'urgence” d'agir ou pour, comme l'ONU, accuser l'Union européenne de transformer la Grande Bleue en “un vaste cimetière”. Mais si l'émoi est immense, l'éventail des solutions, dont les premières passent évidemment par le renforcement des opérations de sauvetage, reste beaucoup plus restreint.
Des bateaux et des financements supplémentaires. Et des projets de lutte contre les passeurs, qui, dans le chaos libyen, ne s'annoncent pas comme une mince affaire. Ce pays que d'aucuns croyaient avoir sauvé après Kadhafi et qui se retrouve tiraillé entre deux pouvoirs et gangrené par celui des milices et de Daech, qui y gagne du terrain, n'est pas près de retrouver une situation normale. Quant à “l'accueil volontaire” de ces migrants ou la réflexion sur de nouvelles formes, contrôlées, mais plus ouvertes, d'accueil temporaire, même si l'urgence les fait avancer il leur faudra encore, sur fond de chômage et de xénophobie en Europe, beaucoup de temps et de noyés pour passer des voeux pieux à la réalité.

À revivre tous les naufrages
Pour en être sauvé toujours
Par la vague même et l’orage,
Tel atteignit un paysage
Au-delà des nuits et des jours.
C’était le domaine des sages,
Il en donna la clé aux fous
Pour chercher un lieu sans verrous
—  Robert Desnos

Je ne cesserai pas
De chanter les cloches des rencontres muettes,
Les bras des divans parfumés,
les grandes chutes d’oiseaux ressemblants,
les éternels miroirs vibrants.

Je ne cesserai pas
de chanter la morsure rouge des lèvres,
l’épaule insoumise, les aisselles surprises,
les seins toujours à l’heure aux rendez-vous nocturnes.

Je ne cesserai pas
de chanter ton visage poudré de cendre,
le dernier naufrage à l’aube soufflée des lampes,
ta nuque échappée à l’étreinte,
tes pas que rien ne trahit

Je ne cesserai pas
de chanter tes hanches profondes,
tes chevilles noyées dans les nuages,
tant de pensées vagabondes,
tant de fumée divine.

Je ne cesserai pas
de chanter ta chevelure courante
aux pieds des arbres solitaires
blessés de feuilles et d’œillères.

Je ne cesserai pas
de chanter la rue, le parc, la mer
car je te connais
car je t’aime et te connais.

Je ne cesserai pas
d’apprendre à rire,
à peindre et rire
dans le fond des palais;
car je te crains,
car je t’aime et te crains.

Je ne cesserai pas
de forger des serrures,
des cadenas et des ceintures
tout le long du ciel,
car je te garde,
car je t’aime et te garde.

Je ne cesserai pas
de couper tes mains,
tes bras et tes poings
pour que jamais l’adieu
ne remonte sur l’eau.


.

—  Edmond JABES
L’UE et les USA préparent de nouvelles actions militaires en Libye

Alors que s’aggrave le bilan des naufrages en Méditerranée. Les puissances européennes et Washington répondent aux noyades de masse dont sont victimes les réfugiés en Méditerranée par l’intensification de la politique criminelle déjà à l’origine de la catastrophe. La ligne générale adoptée par les représentants des gouvernements et promue par les médias est de faire porter

The post L’UE et les USA préparent de nouvelles actions militaires en Libye appeared first on News360x.



from News360x http://ift.tt/1I2E5ie
via IFTTT
Mourir pour l'Europe

C'est le titre de l'éditorial du quotidien espagnol El Païs ce matin et il résume ce que l'on trouve sur la plupart des “Unes” européennes après le dernier naufrage d'un petit chalutier au large des côtes Libyennes à quelques encablures de la première terre européenne : l'île italienne de Lampedusa.

Arrivée de migrants en Sicile ce dimanche ALESSANDRO BIANCHI © REUTERS


“Mourir pour l'Europe”, c'est le titre de l‘éditorial du quotidien espagnol El Païs ce matin et il résume ce que l'on trouve sur la plupart des “Unes ” européennes après le dernier naufrage d'un petit chalutier au large des côtes Libyennes à quelques encablures de la première terre européenne : l'île italienne de Lampedusa… c'était dans la nuit de samedi à dimanche. Combien y avait-il d'hommes de femmes et d'enfants à son bord ? 700 ? 800 ? jusqu'à 950 même si l'on en croit le récit d'un des rares rescapés - une trentaine ont été repêchés vivants pour le moment - suite à son entretien avec les magistrats italiens à son arrivée. “l'homme, originaire du Bengladesh, a précisé que les trafiquants avaient enfermé dans les cales bon nombre de ces migrants, qui n'ont de toutes façon pas pu échaper à la noyade”, raconte le quotiddien Italien Corriere della Sera

Tragédie supplémentaire, semblable en tout point à celle de la semaine dernière mais qui risque surtout de ne pas être la dernière, loin de là… la BBC donne sur son site web les comptabilisations du haut commissariat aux réfugiés de l'ONU : des chiffres qui ont de quoi faire peur. Depuis le début de l'année 2015, “31500 immigrants sont arrivés en Europe au départ des côtes nord-Africaines… Sur la même période, au moins 900 sont morts noyés et, pour la seule semaine du 10 au 17 avril, 13500 ont été secourrus ! ”

“L'invasion redoutée semble avoir commencé” assène pour sa part le Corriere Della Sera.Et le quotidien milanais d'expliquer que  "les dix mille étrangers arrivés en Italie au cours des sept derniers jours sont le signe d'une situation qui, dans quelques semaines, est susceptible de devenir ingérable ; particulièrement parce que l'agressivité des contrebandiers augmente et menace de transformer la Méditerranée en un champ de bataille. Les coups de feu lundi dernier par quatre hommes à bord d'un bateau de patrouille libyen, contre le remorqueur “Asso 21” en ont été le premier signe. L 'assaut hier d'un bateau de pêche sicilien à proximité des eaux territorialers libyennes en est la confirmation ; elle signale que désormais rien ne peut être exclu, parce que les groupes criminels sont prêts à tout  pour augmenter leur trafic…Pourtant, rien ne bouge, L'Italie est laissée seule pour faire face à la menace et surtout à l'urgence" poursuit l'édito du Corriere … avant de s'adresser au gouvernement de Matteo Renzi pour lui dire qu’“Il est inutile de faire semblant de chercher une collaboration internationale. Il faut faire cavalier seul et le faire avant qu'il ne soit trop tard”.

L'Europe? Une “chambre avec vue… sur les morts”

Faire cavalier seul ? Chercher une aide internationale ? Européenne ? Oui, mais pour quoi faire exactement ? Le programme italien Mare Nostrum initié en 2013 et qui mêlait secours humanitaire et surveillance des frontières s'est arrêté à la fin octobre dernier ; il a été remplacé par l'opération européenne “Triton”  mais, rappelle l'éditorialiste d'El Mundo en Espagne, cette dernière opération “est beaucoup moins bien financée et, surtout, elle est conçue pour contrôler les frontières sud de l'Europe au contraire de Mare Nostrum dont le but principal était de sauver des vies”.
Quant à la pression migratoire en provenance des côtes d'Afrique du nord elle ne pourra qu'aller en s'aggravant souligne encore le quotidien madrilène qui explique qu’“en octobre, Amnesty international prévenait déjà que le monde était aujourd'hui confronté à la pire crise de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale”

Une nouvelle donne confirmée par le porte-parole du Haut Commissariat aux Réfugiés de l'ONU, interrogé par Le Temps. Il y a parmi les migrants “de plus en plus de réfugiés et de déplacés” explique Adrian Edwards dans les colones du quotidien de Genève. “Pour échapper à leur sort, ils prennent des risques considérables.  Aujourd’hui, les Syriens, les Somaliens et les Erythréens représentent plus de la moitié des désespérés qui embarquent pour traverser la Méditerranée. En plus, la faiblesse de l’Etat de droit en Libye a permis aux passeurs de développer leurs activités illégales, qui sont extrêmement lucratives”.


La plupart des migrants partent en effet des ports libyens et c'est donc en Libye qu'on devrait s'attaquer au problème… Sauf que, reprend Adrian Edwards “c’est  devenu impossible, en raison des conditions de sécurité qui ne permettent pas aux organisations internationales d’y développer des programmes d’assistance. La présence du HCR a d’ailleurs été fortement réduite” en Libye.

Etat failli, en proie à la guerre civile, la Libye est totalement incapable de juguler le flux de migrants qui transite sur son territoire au départ de la Somalie de l'Erythrée ou de l'Ethiopie… et les Somaliens, Erythréens et autres Ethiopiens qui sont présents sur le sol libyen sont légion, et ce depuis des années. Les villes de la côte libyenne étaient déjà le point d'arrivée ultime de ces migrants à l'époque de Khadafi ;  ils y trouvaient du travail… ce n'est plus le cas. Qui plus est, certains sont aujourd'hui en danger de mort. Les djihadistes de l'Etat Islamique qui possèdent dorénavant quelques bases en Libye ont diffusé ce week-end une nouvelle vidéo de massacre : celui  d'une trentaine d'Ethiopiens abattus d'un coup de revolver ou décapités… parce que chrétiens. Pour ceux-là, la Libye est tout simplement devenue invivable, au sens propre du terme.

Alors que faire ? Renforcer les contrôles maritimes ?  Mettre un terme à la guerre civile en Libye ? Mais surtout dans un premier temps accueillir ceux qui doivent être accueillis ; l'Europe ne peut pas devenir cette “chambre avec vue… sur les morts”, écrit Béatrice Delvaux, l'éditorialiste en chef du Soir de Bruxelles “Qu’ils restent chez eux ! C’est ce que répétait encore cette semaine la Ligue du Nord en Italie. (…)  Fermer les portes de l’Europe, accroître les contrôles et puis quoi, retourner dormir dans une chambre à coucher, avec vue sur un cimetière d’humains flottant sur une eau de moins en moins bleue ? L’Europe se ment en donnant le sentiment de gérer la crise, explique encore l'éditorialiste du Soir ; Son plan « Triton », finalement plus dérisoire que le « Mare Nostrum » des Italiens, ne suffit pas. Il faut arrêter de se voiler la face et il faut agir avec plus de réalisme, plus de force, plus de solidarité.
La crise économique ne peut être l’excuse de ce qui serait notre déshonneur : fermer les fenêtres et laisser la mort « border » les rives méditerranéennes de l’Europe. Les corps échoués à Lampedusa ont fait entrer ces migrants dans l’histoire de l’Europe. ” conclut Béatrice Delvaux ; “Il ne faudra pas que celle-ci retienne que notre continent s’est lavé les mains, à l’abri derrière ses murs”.

par Eric Biegala

http://www.franceculture.fr/emission-revue-de-presse-internationale-mourir-pour-l-europe-2015-04-20

Tu es : Lady Liberty

C’est marrant de voir comme le “vieux monde” est différent du “nouveau monde” comme l’appelle ton grand-père, ce petit monsieur tout fripé de 92 ans qui ne l’a jamais vu. Tu as toujours eu l’impression qu’il n’y avait pas TANT de différences aujourd’hui, entre les USA et toi. La mondialisation, tout ça, tu écoutes leur Kanye West, ils portent du Saint Laurent, tu es béate devant leur skyline, ils rêvent de la Tour Eiffel. 

Après 10 jours à New York et un retour en France bercé par les naufrages de bateaux de migrants et la blonde bleu-mariné qui déclare en plein Manhattan qu’elle ne parle pas anglais, tu n’es plus si d’accord avec toi-même.

Et toute personne ayant visité Eliis Island avec un tant soit peu d’émotion te comprend. New York s’est formée AVEC l’immigration. Cet immense pays vide s’est peuplé jusqu’à déborder, à coup de paquebots débarquant au petit matin du vieux continent sur un îlot où l’on vérifiait simplement si vous étiez sain et apte à vous débrouiller par vous-même avant de vous laisser accéder à ce rêve pour lequel vous aviez joué votre vie. New York a offert à des dizaines de nationalités un espoir de vie nouvelle, un espoir de réussite, un espoir que le monde appelle aujourd’hui : le Rêve Américain !

Aujourd’hui New York est un fabuleux melting pot de couleurs, de cultures, de visages, où les publicités dans le métro sont traduites en espagnol - 2e langue la plus parlée du pays - où les rues de Chinatown sont indiquées en anglais ET en chinois, un pays qui d’ailleurs, n’a jamais adopté de langue officielle, tout en faisant de l’anglais l’ultime langue internationale.

New York a puisé sa force dans la multitude, dans le mélange des origines et des cultures. Bien sûr, ce n’est pas parfait, les inégalités sont immenses, la violence existe, on planque les défauts dans un coin parce que ce qui compte, c’est l’image avant tout, mais c’est aussi une ville incroyablement tolérante, où chacun aura sa chance, pour peu qu’il s’en donne les moyens.

Et tu rentres chez toi, dans ce pays où tu as grandit, pour prendre conscience qu’ici les gens ne font même plus l’effort. A New York, on te laisse le bénéfice du doute, même si tu prends le métro en tenue de plongée avec des palmes aux pieds. A Paris, les gens perdent leur humanité - sauf quand on s’attaque à ses fondamentaux - et une cinglée veut fermer les frontières. 

Alors même si tu trouves que les américains sont intégralement ‘too much’ et qu’ils parlent vraiment trop fort, tu te dis que ça ne ferait pas de mal aux parisiens d’être un peu moins rigides. Peut-être même qu’ils arrêteraient d’être considérés comme le peuple le moins accueillant, dans la ville la + touristique au monde…

Receuillir ou pas la misere du monde?

L’écrivaine sénégalaise Fatou Diome, invitée dans l’émission de France 2 « ce soir ou jamais – peut-on accueillir toute la misère du monde ? » a réagi sur le naufrage des migrants. Elle a dénoncé de vive voix l’hypocrisie de l’Union européenne dans un formidable discours.

https://www.youtube.com/watch?v=z0km4h2EWlY

« Ces gens là qui meurent sur les plages, et je mesure mes mots, si c’était des blancs, la terre entière serait entrain de trembler ! Mais là, ce sont des noirs et des arabes (…) Si on voulait sauver les gens, on le ferait, mais on attend qu’ils meurent d’abord ! Et on nous dit que c’est dissuasif, mais ça ne dissuade personne, car celui qui part pour sa survie, considère que sa vie (qu’il peut perdre lors du voyage) ne vaut rien, celui là n’a pas peur de la mort ! »

Réponse d’un autre invité : « C’est pour cela qu’il faut fermer les frontières… » Fatou Diome : « Monsieur, vous ne resterez pas comme des poissons rouges dans la forteresse Européenne ! A l’heure d’aujourd’hui, l’Europe ne sera plus jamais épargnée, tant qu’il y aura des conflits ailleurs dans le monde (…) »

« Monsieur, je vous vois bien habillé, bien nourris, peut être que si vous étiez affamé chez vous, peut être que votre famille serait ravie d’imaginer que vous pourriez aller gagner ce qui pourrait faire vivre les autres (…) Alors il faut arrêtez l’hypocrisie, on sera riche ensemble ou on se noiera tous ensemble ! »

http://www.france2.fr/emissions/ce-soir-ou-jamais/diffusions/24-04-2015_323667

Fatou Diome

http://en.wikipedia.org/wiki/Fatou_Diome

The Belly of the Atlantic

http://www.amazon.co.uk/The-Belly-Atlantic-Fatou-Diome/dp/1852429038

It’s interesting that people are pretending that a Ali Dilem cartoon about the death of migrants in Mediterranean See was published in Charlie Hebdo.

It’s not so hard to find that the cartoon was published in algerian newspaper “Liberté”

http://www.liberte-algerie.com/dilem

http://www.lecourrierdelatlas.com/926425042015Une-caricature-de-Dilem-sur-les-naufrages-provoque-la-colere-des-internautes.html

To be fair, Ali Dilem, one of Algeria’s most famous cartoonists, works for Charlie Hebdo since the 01/07 attacks that killed his friends. So this cartoon could maybe have been published in Charlie. Actually Liberté has at least two things in common with Charlie : Ali Dilem and the fact that some of their journalists have been slaughtered by islamic terrorists.

But then why was this cartoon chosen to give fuel to the “Charlie = racits” propaganda ? Why not use one of the cartoons actually published in this week’s Charlie Hebdo ? There are even some from Dilem on the same subject. What is the agenda of the person who did the original tweet and who had to know that it was published in an algerian newspaper ?

L’UE et les USA préparent de nouvelles actions militaires en Libye

L’UE et les USA préparent de nouvelles actions militaires en Libye

Alors que s’aggrave le bilan des naufrages en Méditerranée. Les puissances européennes et Washington répondent aux noyades de masse dont sont victimes les réfugiés en Méditerranée par l’intensification de la politique criminelle déjà à l’origine de la catastrophe.



Lire la suite…



Article original rédigé par Gerard Karageorgis et publié sur Sans langue de bois
Reproduction interdite sans autorisation

from Sans langue de bois http://ift.tt/1IPnsos
via IFTTT
L’UE et les USA préparent de nouvelles actions militaires en Libye
L’UE et les USA préparent de nouvelles actions militaires en Libye
By Mickael - Fondateur de News360x

Alors que s’aggrave le bilan des naufrages en Méditerranée. Les puissances européennes et Washington répondent aux noyades de masse dont sont victimes les réfugiés en Méditerranée par l’intensification de la politique criminelle déjà à l’origine de la catastrophe. La ligne générale adoptée par les représentants des gouvernements et promue par les médias est de faire porter

The post L’UE et les USA préparent de nouvelles actions militaires en Libye appeared first on News360x.



April 24, 2015 at 08:26AM
via News360x http://ift.tt/1I2E5ie
Drame en Méditerranée : Le naufrage a fait 800 morts

Le naufrage de dimanche au large des côtes libyennes a fait 800 morts, ont annoncé tôt mardi à Catania, en Sicile, des représentants du Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés et de l'Organisation internationale pour les migrations après avoir parlé aux survivants.

via wort.lu http://ift.tt/1HcuwOt

La « pire hécatombe jamais vue en Méditerranée ». Ce sont les mots de Carlotta Sami, porte-parole du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés en Italie, pour définir le naufrage, dans la nuit de samedi à dimanche, de 700 migrants.

Si le terrible bilan est confirmé, il s’ajouterait aux 400 migrants déjà disparus la semaine dernière. Depuis le drame de Lampedusa en 2013, la Méditerranée s’est transformée en un véritable cimetière, avec environ 3 500 morts en 2014. Chaque jour, entre 500 et 1 000 personnes sont récupérées par les gardes-côtes italiens ou des navires marchands.

Ces chiffres effroyables, implacables, contrastent pourtant avec la faible mobilisation citoyenne, médiatique et politique sur ces sujets. Pour les migrants morts, il n’y a pas de hashtag, pas de slogan.