J’ai coupé mes cheveux, je me sens plus moi. \o/ 

J’ai aussi la sale habitude de prendre des résolutions d’un coup de tête. Comme d’un coup couper ces tifs.

Je voulais les laisser pousser, ressembler à ces filles magnifiques et féminines et toussa toussa qu’on voit sur internet, mais au final, à force de me fatiguer à me créer une image de jolie fille, j’étais pas vraiment bien. Ca semble évident, mais ça ne l’est pas forcément au quotidien.

Et j’ai toujours été un peu garçon manqué, même si j’aime les vernis, les couleurs, le maquillage, les vieux mangas romantiques avec des fleurs everywhere comme lady oscar ( oui j’avoue 8’D) … ce trop plein de girly, ces longs cheveux, la minceur, ce contrôle encore, c’était pas ce que je suis.

Bon essayons d’être vraie \o/

Je me rends compte suite à une discussion que c’est dur de se trouver à 20 ans, quand on s’est perdu depuis trop longtemps. Mais ca vient doucement. 

Aux gens qui prennent les auteurs de FF pour des tarés

Comme d’autres l’ont fait avant moi (et à chaud), je vais revenir sur ce qu’il s’est passé hier soir et tôt ce matin, et qui fait l’effet d’une onde de choc parmi les auteurs de fanfiction écrivant dans la catégorie Web Shows de FF.

InThePanda, aka Victor, a fait un live accompagné de plusieurs personnes (dont Antoine Daniel) où il était question de lire des fanfictions, surtout du Matoine (d’après ce que j’ai compris). En soit, rien de méchant.
Au bout d’un moment, Victor a énoncé le système de rating de FF et a voulu s’attaquer à la catégorie M, le contenu des fanfics y sont plus hard. Il en a choisi une (je ne dirai pas laquelle par respect pour l’auteur) assez longue pour la lire à tous. J’ai coupé le son parce qu’à ce moment là, je me sentais assez mal. D’une, à cause du choix de la fanfic, de deux, une des miennes a été proposée sur le live par une certaine personne connue de beaucoup (ce n’est absolument pas péjoratif hein, mais sur le moment, ça fait vraiment bizarre ^^’).
Puis, je me suis attardée sur les commentaires et à partir de ce moment, j’ai cru tomber dans une autre dimension ou alors, je suis tellement ancrée dans la fanfiction et dans le fandom que cela a été un retour brutal sur terre. Les commentaires postés pendant le live.
Déjà, certains internautes ont découvert les fanfictions mais je ne sais pas s’ils ont découvert l’existence des fanfics tout court ou que des histoires étaient postés sur les émissions du web. Puis, au fur et à mesure que Victor avançait dans le récit, il s’est mis à pleuvoir des commentaires du type « mais elles ont 12 ans », « tarées » et autres joyeusetés (je ne mets plus de citations parce que je n’ai plus les mots exacts en tête mais ce n’était rien de bon).
Et là, la communauté du fandom a reçu un coup au coeur. Peu après, sur Twitter, ça a été la déprime. Certaines ont pleuré, d’autres ont tremblé de nerf (et j’en ai fait partie), et d’autres nous remontaient le moral.
Jusqu’à trois heures du matin, voire plus.


Alors, maintenant, après avoir relevé la tête, blagué sur Twitter et réfléchi sur les conséquences de ce live, j’ai écrit un petit quelque chose à l’attention de ces gens qui dénigrent les fanfictions.
Pas à InThePanda, les deux demoiselles qui l’accompagnaient, Antoine Daniel et Wendöh.

Enfin si, j’ai un petit quelque chose à dire à Victor : c’est pas malin de débuter dans la fanfiction avec les catégories M, surtout avec des gens qui n’y connaissent rien (si l’objectif était de traumatiser, fallait nous demander voyons !).

D’une part, les auteurs de fanfiction écrivent pour eux-même et pour autrui.
On voit certains se lancer à l’aveuglette, on a des idées, on les mets sur papier, on ose publier sur le site avec la peur au ventre, les premiers jets sont maladroits, surtout si l’on débute dans l’écriture et plus encore dans la fanfiction. On crée des contacts avec les lecteurs, on noue des liens avec les auteurs, on travaille ses fics, on les fait relire par d’autres.
Notre objectif n’est pas de concourrir pour le prochain Goncourt (et on sait tous que c’est truqué de toute façon), loin de là. En revanche, on aime faire plaisir aux autres, on aime écrire, même si c’est fait avec maladresse. Parce que lorsqu’on écrit, on s’investit beaucoup, à fond pour certain(e)s. On y met nos délires, nos peurs, nos peines, nos idées, nos fantasmes, nos échanges.
Pas mal de fics dans le fandom sont issues de délires entre auteurs et lecteurs parce qu’on échange en PM, sur Twitter ou sur Skype.
Donc, critiquer avec autant de fiel et avec autant d’ignorance sur le sujet, avec juste comme base trois histoires piochées dans les débuts du fandom, c’est l’un des comportements les plus stupides et immatures que j’ai vu ces derniers temps.

D’autre part, et je parle des auteurs de FF (il me semble que certains de Tumblr y ont migré), nous respectons les YouTubers et nous aimons leur travaux. Il est vrai que l’on n’a pas demandé leur permission pour publier des histoires où ils en sont les protagonistes, encore moins celles où on les met en couple, option galipettes pour certaines. Bien évidemment, si nos fanfics les gênent, il suffit d’un message de leur part pour que nous les supprimions !
Depuis la conférence de Mathieu Sommet à la Polymanga, il nous a semblé avoir entendu un accord implicite pour que nous continuions d’écrire des fanfics matoine et c’est vrai qu’à partir de ce moment-là, on est passé de trois/cinq pages à presque vingt (les vacances d’été sont passées par là). Les messages échangés entre Mathieu S. et Antoine D. sur Twitter et Facebook ont participé à la prolifération des fanfics matoines.
MAIS ce n’est pas parce que la plupart des auteurs écrivent sur du matoine et que les lecteurs aiment ces histoires que nous pensons réellement qu’ils sont en couple ! Cet été, un incident a semé le chaos dans le fandom où une demoiselle a jugé bon de s’en prendre via Twitter à la petite-amie d’Antoine D., certaines ont voulu arrêter d’écrire et supprimer leurs fanfics. On s’est remis en question, surtout sur le contenu des fanfictions matoines mais nous gardons à l’esprit que ce que nous écrivons est de la fiction, toujours ! Leur vie privée ne nous intéresse absolument pas !
Nous trouvons déplorables que d’autres n’aient pas la même réflexion ou se permettent d’interférer dans leur vie.

Je termine par le fait que nous sommes saines d’esprit, nous ne mordons pas, nous n’avons pas douze ans et nous ne vous demandons pas de comprendre l’intérêt que nous portons à la fanfiction.

Text
Photo
Quote
Link
Chat
Audio
Video